Egypte : le marché de la distribution alimentaire a crû de 3,4 % en 2021, porté par le segment traditionnel

(Agence Ecofin) – En Afrique, la grande distribution est en pleine progression depuis une dizaine d’années. Ce format de vente au détail misant sur la progression des revenus des consommateurs doit faire cependant face à un secteur de la vente traditionnelle très résilient.

En Egypte, la vente au détail de produits alimentaires se porte bien. Selon les dernières estimations du Département américain de l’agriculture (USDA), le secteur a totalisé des ventes de 31,3 milliards $, soit une hausse de 3,4 % par rapport à l’année précédente (30,2 milliards $).

Cette progression confirme une croissance continue durant la dernière décennie. Et si la pandémie de covid-19 laissait présager une contraction de l’activité en raison des mesures de restriction, le secteur a tout de même franchi pour la première fois la barre des 30 milliards $ durant la période.

Contrairement à l’Afrique du Sud où le format moderne de distribution domine, ce sont les détaillants traditionnels qui portent le secteur dans le pays des pharaons. Avec plus de 116 000 épiceries et échoppes, ce segment a compté pour 73 % des ventes en 2021, soit 23 milliards $. Pendant ce temps, le réseau du commerce de détail moderne n’était composé que de 4 000 enseignes (supermarchés et hypermarchés).

Il faut dire qu’en Egypte comme d’ailleurs dans la plupart des nations au sud du Sahara, les épiceries et échoppes offrent pour de millions de personnes de nombreux avantages qui vont au-delà de la simple accessibilité économique des biens. Il s’agit en effet de la possibilité de paiement différé, la flexibilité des horaires d’ouverture ou encore de la réponse aux attentes de différentes catégories de clients (jeunes, plus âgés, ruraux, urbains, instruits ou analphabètes).

Ces différentes caractéristiques qui dénotent d’une certaine proximité avec la population, tranchent avec la rigidité des formats modernes où une partie importante de la population est écartée des grandes surfaces en raison de son faible niveau d’instruction ou de son pouvoir d’achat limité.

Même si le système de distribution moderne est en pleine progression en Egypte depuis 2015, les analystes du cabinet de conseil Boston Consulting Group (BCG) estiment que le segment traditionnel sera encore prédominant dans la prochaine décennie.

Espoir Olodo