LUTTE CONTRE LE TERRORISME :La page sombre qui remet tout en cause !

Au Mali, la situation de la lutte contre le terrorisme semble saper les efforts du gouvernement, malgré l’acquisition de moyens aériens et terrestres. Malgré les communiqués rassurant des autorités militaires. La situation sur le terrain semble être toute autre chose.

La situation tourne au drame avec la dernière occupation de la ville de Talataye, située à environ 150 km de Gao, par l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) suite à des combats sanglants et sans merci entre groupes armés et d’autres jihadistes. Pour leur part, les Forces armées maliennes (FAMa) disent avoir conduit une « reconnaissance offensive» au-dessus de Talataye, la ville qui serait aux mains des jihadistes.

Ces mêmes FAMa et leurs supplétifs russes qui sont accusées de violences sexuelles et viols sur les femmes et de pillages à Nia-Ouro, n’en mènent donc pas large devant l’ennemi. Les populations civiles, elles, se retrouvent en danger de tous les côtés, si ces exactions dont seraient auteurs les militaires maliens sont avérées. Entre le marteau des jihadistes et l’enclume de militaires violents à quel saint vont se vouer les Maliens, eux qui voudraient bien que les militaires au pouvoir qui les dirigent devienne enfin la solution pour leurs maux ?

Les terroristes continuent donc de faire la loi, toute chose qui appelle à l’union des forces entre les trois pays voisins confrontés au même mal.

Depuis l’attaque de l’hôtel Radisson Blu de Bamako le 20 novembre 2015, le modus operandi des terroristes a évolué, passant des assauts à la kalachnikov à d’autres méthodes tout aussi monstrueuses comme les massacres à l’arme blanche, les incendies, et les poses de mines artisanales, le terrorisme qui frise désormais le grand banditisme, décime l’armée et surtout les populations civiles, dont les plus heureuses, pour fuir la mort, sont contraintes à l’exil dans leur propre pays, grossissant au quotidien, le flux incessant des Personnes déplacées internes.

Se basant sur la remobilisation des forces, les acquisitions d’équipements militaires et les renforcements des capacités techniques des troupes, dont il ne cesse de louer, ces derniers temps «la montée en puissance », le chef suprême des armées avait redonné tant d’espoir au peuple malien qui ne sait plus quel saint protecteur évoquer !

La lutte contre les forces du mal est donc loin d’être gagnée. Mais faut-il pour autant abdiquer et jeter le bébé avec l’eau du bain? Non! Car, à en croire les sources officielles et même des populations à l’intérieur du pays, du terrain est en train d’être gagné dans la reconquête des parties du territoire jadis mises en coupe réglée par les terroristes. Le ver est bien dans le fruit depuis plus de 10 ans maintenant et ce serait illusoire de penser pouvoir l’en extirper en moins de 10 mois.

Surtout que l’ennemi, ne vient plus forcément d’ailleurs, les attaques contre les Maliens étant devenues l’œuvre d’autres Maliens qui pour diverses raisons, dont la rancœur et la recherche du gain facile, commettent des atrocités contre les leurs.

Le seul espoir de vaincre l’hydre terroriste tient dans l’union de tous les Maliens autour de la cause, pardon, de la survie commune !

Source: Le Point