MINES : Lamine Seydou Traoré doit-il décider seul ?

Très controversé, le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré est à la manœuvre dans le secteur minier. La question que certains se posent est de savoir si l’on doit laisser le loisir à ce ministre soupçonné d’impartialité d’avoir un pouvoir élargi de décision. Tout porte à croire qu’il pourrait être celui qui va choisir des hommes et des femmes devant gérer désormais la politique minière du pays.

 

                             

Rappelons que le Conseil des ministres du mercredi a adopté le projet d’ordonnance portant création de la Société de Recherche et d’Exploitation des Ressources Minérales du Mali (SRERM) sur le rapport du ministre des Mines de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré.  Pour donner plus de détails sur la création de cette toute nouvelle société de recherche et d’exploitation des ressources minérales du Mali, il était l’invité du journal télévisé de 20h  de l’ORTM1.

Pour le ministre Traoré, la SRERM va permettre d’accélérer la valorisation du contenu local et des emplois locaux. Il ajoute que c’est une société d’Etat dont le capital est de 100 millions de FCFA  et qui a  l’Etat comme actionnaire unique. ‘’ Il s’agit à  l’Etat de participer plus à la création de la valeur le plus rapidement possible dans les règles de l’art en faisant en  sorte que cette société d’Etat puisse aller faire des recherches là où les privées résinent à y aller, puisse  pour faire la compétition dans la même catégorie que ces sociétés’’, a-t-il affirmé et ajouté que la SRERM permettra de lever des fonds avec des business plans clair et l’étape suivante est de structurer cette société à travers les statuts, les règlements intérieurs, des accords d’établissements. Toujours pour le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, cette société est anonyme et va pouvoir vraiment faire la compétition dans la même catégorie que les multinationales. ‘’ Cette nouvelle société qui sera créée, traduit une volonté politique du gouvernement de la transition qui est resté dans la vision stratégique du chef de l’Etat et qui reste une forte recommandation des Assises Nationales de Refondation (ANR)’’, a-t-il laissé entendre et continue qu’elle va se consacrer principalement à l’acquisition des titres miniers mais va aussi entreprendre tous travaux de recherche et d’exploitation sur les jugements économiquement viables. ‘’ Il faut que l’Etat s’engage dans l’exploitation des ressources minérales du Mali pour la raison que quand nous regardons de l’indépendance à nous, il y a eu beaucoup de codes miniers qui ont été adoptés. A chaque fois qu’on adopte ces codes, il y avait des volontés politiques de l’Etat en matière de recherche minière et pétrolière qui sont allées justement d’un monopole d’Etat dans les années 1960 avec la création du bureau minier malien et de la Société Nationale de Recherche Minière (SONAREM) », a-t- il prononcé et poursuit que la libéralisation progressive du secteur à partir des années 1969 jusqu’à dans les années 2000 où il y a une privatisation sauvage de la recherche au Mali.

Lamine Seydou a signalé que toutes ces réformes n’ont pas pu satisfaire la population malienne de l’exploitation minière et pétrolière de façon générale. ‘’ On peut quand-même noter que l’or reste le seul minerais réellement exploité avec 65 tonnes par an représentant 70% des exportations, 25 % des recettes fiscales et 10% du PIB et une contribution de plus de 500 milliards dans les recettes de l’Etat en 2021 mais pour autant la population malienne dans sa grande majorité pense à tort ou à raison que l’or ne brille pas aux Maliens’’, a rappelé le ministre Traoré.

Source : La Sirène