Sinaly B. Traoré, président du groupement des importateurs et distributeurs agréés des intrants agricoles : “Aucun membre de notre regroupement, y compris Ko2, n’a bénéficié d’un marché de gré à gré des engrais subventionnés”

Les membres du regroupement étaient, le week-end dernier, face à la presse à leur siège à l’ACI 2000. Objectif : apporter un cinglant démenti  par rapport à des informations relatives à l’attribution d’un marché de gré à gré des engrais subventionnés d’un montant de 17 milliards à un membre de leur groupement.

Ils étaient très nombreux à prendre part à cette conférence de presse. Ils, ce sont les membres du groupement des importateurs et distributeurs agréés des intrants agricoles au Mali, une organisation composée de 25 sociétés et représentée sur l’ensemble du territoire national.

Intervenant en premier lieu, le secrétaire général de cette organisation, Yacouba Diarra, a balayé d’un revers de la main les informations selon lesquelles le ministre du Développement rural, Modibo Kéïta, a attribué un marché de gré à gré de 17 milliards d’engrais subventionnés à un membre de leur organisation. Il s’agit d’Eli Diarra, directeur de la société Ko2 qui intervient dans la zone de l’Office du Niger. “Ce sont des informations insensées qui ont pour objectif de trimbaler Ko2 dans la boue. Tous les membres de notre groupement qui ont eu des marchés dans la zone Office du Niger ont concouru à des manifestations d’intérêt organisées par le Groupement des producteurs de l’Office du Niger. Cela   depuis 2015 au moment où le dossier était à 100 000 FCFA jusqu’à ce qu’il est vendu aujourd’hui à 150 000 FCFA. Ko2 a participé comme d’autres sociétés de notre groupement, il a retenu avec un document à l’appui pour certifier cela”, a précisé le secrétaire général. Selon lui, indépendamment de la zone Office du Niger, le ministère de l’Agriculture, à travers la Direction nationale de l’agriculture, lance aussi une manifestation d’intérêt chaque année relative aux engrais subventionnés ; cela avait pour objectif de constituer la liste des fournisseurs d’intrants agricoles pour la campagne 2022.

“Les membres de notre groupement ont participé à cette manifestation d’intérêt comme tout le monde et certains ont été retenus. Nous avons eu même des correspondances du DFM du ministère du Développement rural nous invitant à confirmer les prix repères fixés par le gouvernement. Dire que ces entreprises ont eu des marchés de gré à gré de 17 milliards FCFA est trop exagéré”, a ajouté le secrétaire général. Avant de préciser que le montant des 17 milliards FCFA représente le coût global de l’ensemble des subventions pour la campagne 2022, de Kayes à Kidal.

Selon lui, dans les 17 milliards FCFA, il y a 10 milliards qui sont consacrés aux engrais organiques et le restant, à savoir 7 milliards FCFA, pour les engrais chimiques.

Le président du groupement des importateurs et distributeurs agrées des intrants agricoles, Sinaly Bakaïna Traoré, Directeur de la société Sarata Sarl, qui intervient dans les zones de San, Tènè, Tominian et Djeli, a abondé dans le même sens. “La moyenne d’année d’expérience des membres de notre groupement qui exercent dans le domaine des engrais est de 8 ans au minimum. Notre organisation est représentative sur l’ensemble du territoire national”, a introduit le président.

S’agissant de la situation de Ko2, il a soutenu que cette société, depuis 2015, a pris part à toutes les manifestations d’intérêt à l’Office du Niger et gagne chaque année des marchés, de par son expérience et son professionnalisme dans le milieu. Il a salué par la même occasion Kola Diallo, président du groupement des producteurs de l’Office du Niger pour la confiance placée en un de leurs membres, Eli Diarra retenu parmi leurs fournisseurs privilégiés.

Pour le président du Groupement, ni Ko2 ou aucun membre de leur regroupement n’a bénéficié d’un marché de gré à gré, à fortiori d’un montant de 17 milliards FCFA.“Les membres de notre organisation participent légalement à tous les avis d’appels d’offres, non seulement à l’Office du Niger, mais aussi à la DNA. Donc, soutenir que nous avons bénéficié des marchés de façon peu catholique, c’est porter atteinte à notre honneur ; ce que nous ne saurions accepter”, a prévenu Sinaly Bakaïna Traoré.

Pour lui, ce sont ces allégations sur Ko2 qui ont poussé le ministre du Développement rural a visité les magasins de Ko2, parce que certains disaient que ces magasins étaient vides. “En tout cas, aucune société de notre groupement n’a  bénéficié d’aucun marché du ministre du Développement rural”, a fait savoir Sinaly Bakaïna Traoré.

Autre information de taille, le président Traoré a précisé que c’est avec la crise de l’engrais au Mali que leur groupement est intervenu. Parce que, a-t-il rappelé, l’entourage du ministre ne lui avait pas dit toute la vérité dans le dossier.

“Certains de ses plus proches collaborateurs lui ont fait savoir qu’aucun membre de notre groupement n’a voulu fournir l’engrais au prix fixé par le département tandis que dans nos réponses par écrit dont les copies se trouvent au niveau de la DNA, nous avons dit clairement que nous sommes disposés à céder à leur prix. De ce fait, lorsque ceux qui se sont vu attribués le marché mais qui n’avaient aucune expérience dans ce domaine ont été incapables de respecter leurs engagements, le ministre nous a fait appel et c’est lors de nos échanges qu’il a su qu’on lui avait caché la vérité par rapport à nos dossier”, a révélé le président Traoré.

A l’en croire, c’est en ce moment que leur groupement est entré dans le jeu avec la livraison d’engrais dans beaucoup de localités du pays.  

Kassoum THERA

Source: Aujourd’hui-Mali