Mali : Ces prisonniers personnels du régime

Mamadou Camara, FIly Sissoko et Moussa DIAWARA. Les deux premiers croupissent dans les geôles depuis bientôt deux années dans le cadre du brûlant dossier dit de Soumeylou B Maiga, tandis que l’ancien chef de la Sécurité d’Etat SOS IBK est détenu quant à lui dans le cadre de la rocambolesque disparition du confrère Birama Touré. Après le décès en détention de SBM, principal inculpé dans l’affaire des commandes de l’armée, beaucoup d’observateurs s’interrogent sur l’opportunité de la rigueur qui caractérise le ministère public dans la conduite du dossier, à savoir son intransigeance quant à l’éligibilité à la liberté conditionnelle des détenus encore vivants, Fily Sissoko et Mamadou Camara. Seraient-ils les spécimens des gages de satisfaction d’une soif de bonne gouvernance à assouvir ? La question vaut également pour le troisième détenu, à savoir le colonel Moussa DIAWARA. Également incarcéré depuis deux ans environ, la procédure le concernant n’est pas moins sujette à caution ainsi qu’à de nombreux questionnements sur la teneur de la judiciaire du dossier. Son inculpation repose en effet sur des dénonciations elles-mêmes qualifiées de calomnieuses par la personne à laquelle elles sont prêtées par des témoins.

Rassemblées par la Rédaction

 

Source: Le Témoin