Le Mali et le Burkina Faso souhaitent « renforcer leur partenariat militaire »

Les lieutenant-colonels Damiba, chef de la junte au pouvoir au Burkina Faso et son homologue malien, Assimi Goïta, se sont rencontrés à Bamako et ont déclaré souhaiter une alliance militaire.

Dimanche 4 septembre 2022, les responsables des juntes au pouvoir au Mali et Burkina Faso, ont annoncé la décision de « renforcer leur partenariat militaire » face aux attaques de groupes islamistes dont ils sont les cibles.

« Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, arrivé au pouvoir par un putsch en janvier, a rencontré à Bamako son homologue malien, le colonel Assimi Goïta, lui aussi arrivé au pouvoir lors d’un coup d’État en mai 2021, pour une visite de travail et d’amitié de quelques heures », rapporte Le Monde.

C’est le premier déplacement à l’étranger du chef burkinabè.

Alliance africaine anti-terroriste

« Nous entendons, dans les jours à venir mieux examiner et renforcer le partenariat militaire qui existe entre nous pour davantage relever les défis sécuritaires auxquels les populations, nos peuple sont confrontés », a expliqué dans un communiqué, le président burkinabè, soutenu par la présidence malienne.

Les deux pays partagent une frontière de plus de mille kilomètres, une zone particulièrement touchée par des attaques meurtrières de groupes djihadistes.

Le Mali qui s’est détaché de la France et ses alliés pour se tourner vers la Russie a tout à gagner avec ce nouveau rapprochement militaire.

Tribune Ouest