Insomnie : Un fléau commun

L’insomnie étant un trouble du sommeil, elle est de plus en plus fréquente dans la société. Les personnes âgées sont les plus touchées.

 

L’insomnie est une incapacité occasionnelle ou chronique à obtenir du sommeil en quantité et en qualité suffisante. Selon les spécialistes de la question, l’insomnie occasionnelle ou passagère n’a pas autant d’impact que celle dite chronique, qui déteint sur la personne. Aissetou Samaké fait partie des insomniaques qui ne se sentent pas fatiguées ou irritées après n’avoir dormi que 4 heures par jour. « Mon cas est particulier, car j’ai toujours été ainsi et je n’ai vraiment pas eu de cause malgré mes analyses et thérapies. Je pense que mon corps et mon esprit se sont habitué. Je dors deux à trois heures minimums, 4 heures au maximum par jour. En général, je ne dépasse pas ce temps de sommeil. Non ce n’est pas une question d’habitude, je peux dire que j’ai toujours été ainsi. Car selon mes parents, ça n’a pas commencé aujourd’hui. Dans la journée, je dors tranquille mais la nuit je suis productive».

A en croire le psychologue Daouda Guindo, les personnes les plus touchées sont les âgées ceci est dû « à l’épuisement des organes censés réguler le sommeil, ce qui fait que les personnes âgées souffrent de L’insomnie. Elle n’est pas le seul trouble car les asthmatiques ont souvent du mal à se reposer comme il le faut, à avoir un sommeil de qualité ».

Il existe deux types d’insomnies : « chronique et passagère ». En ce moment, c’est l’intensité (la durée) qui entre en jeux. Si elle dépasse les 3-4 mois en ce moment nous parlerons de l’insomnie chronique. Mais quand ça ne dépasse pas cette durée nous le qualifions de passagère.

Nous pouvons souligner l’insomnie en ce qui concerne le trouble du sommeil, mais il peut y avoir d’autres maladies pouvant jouer sur la qualité du sommeil chez un sujet. Mais en parlant de trouble jusque-là sur le plan psychologique nous pouvons dire que l’insomnie est la seule. Il peut avoir la maladie ou certains médicaments qui peuvent avoir des effets indésirables sur la qualité du sommeil.

Le sommeil a des bienfaits, il a des impacts positifs sur le corps et l’esprit. Sur le plan physique, le corps va se reposer, essayer de récupérer les énergies dépensées. Et sur le plan mental le sommeil a des impacts sur la mémoire et la mémorisation par ce qu’une mémoire fatiguée a du mal à retenir. Raison pour laquelle, pendant les périodes d’examen, nous conseillons aux candidats de respecter le temps qu’il faut pour se reposer surtout la nuit. L’attention est également l’un des bienfaits du sommeil. Et il est important d’avoir une bonne hygiène du sommeil

En ce qui concernant cette question de genre à l’insomnie, en se référant sur les causes, elles peuvent affecter les deux sexes selon le psychologue. « Ce qui peut aider un sujet c’est sa capacité de résilience c’est-à-dire l’acceptation de la situation, par le sujet même la perception qu’il accorde à la situation c’est ce qui entre en jeu de supporter, gérer une situation qui peut rentrer en jeux quand il s’agit d’insomnie. Tous les deux sont concernés. Il n’y a pas un sexe qui est plus favorisé ou défavorisé quand on parle d’insomnie».

Il existe des sources environnementales de perturbation du sommeil par exemple dans un environnement bruyant, lumineux, sans oublier la température qui peut être parfois trop élevée ou basse Morphée (le Dieu du sommeil, dit-on) refuse parfois de prendre dans ses bras une personne qui n’arrive qu’à dormir que si l’environnement lui est favorable. Oumou Traoré en est l’exemple typique. « Il m’est impossible de dormir dans un environnement bruyant, j’ai un sommeil léger donc il peut être perturbé avec de petites choses. Mon entourage a tendance à me traiter de petite blanche à cause de cela. Pourtant quand tout est calme à côté de moi, même quelques minutes me suffisent. Le manque d’un sommeil de qualité provoque chez moi l’irritabilité, une sensation de fatigue sans parler du manque de concentration avec un sentiment de déprime à l’appui ». Témoigne-t-elle.

Dormir à côté d’un partenaire qui ronfle risque de réduire notre chance de tomber dans les bras de Morphée. Un esprit hyperactif est source d’insomnie. Également l’insomnie se présente chez certaines femmes pendant leurs menstruations, la ménopause, la grossesse.

Selon une étude, en début de grossesse certaines femmes ont cette facilité à s’endormir, mais plus la grossesse avance, plus le sommeil leur fausse compagnie surtout au troisième trimestre en raison de l’inconfort et de la taille de l’abdomen ainsi que les douleurs de la grossesse.

Pendant la menstruation ou la ménopause, l’insomnie se manifeste à la suite des changements hormonaux. Cependant l’insomnie est-elle plus fréquente chez les femmes et les personnes âgées ?

Source : Mali Tribune