A quoi ressemblera ma ville en 2030 ?

Imaginez à quoi ressemblera Bamako en 2030. D’ici une quinzaine d’années, la capitale malienne fera partie des grandes mégalopoles d’Afrique de l’Ouest avec une croissance démographique en hausse et des extensions périurbaines de part et d’autre. Comment appréhender cette ville du futur ? Sébastien Philippe, à travers d’anciennes cartes postales agrandies et exposées à l’Institut français, tente de donner une réponse en retraçant l’Histoire du Mali et son futur, ceci dans le cadre du grand colloque autour du devenir de la ville de Bamako dans les années à venir, initié par la Mairie du District et qui s’ouvre ce samedi 15 mars.

circulation bamako vehicules sotrama

 
Depuis 2012, la politique de la Mairie du District est axée sur le développement urbain en élaborant une vision politique de Bamako à l’horizon 2030 : « Bamako 2030,croissance et développement – imaginer des stratégies urbaines pour un avenir maîtrisé et partagé ». Présentée à Dakar lors du 6ème sommet d’Africités, elle a été enrichie par des experts africains, européens et l’ensemble des acteurs maliens, qu’il s’agisse de l’Etat, des Communes de Bamako et de quinze communes riveraines de Bamako, pleinement associées.

Sur une première carte, on peut voir le trafic aérien entre Bamako, carrefour naturel de la sous région et ses voisines Abidjan, Dakar ou Conakry, grâce à une modernisation de l’aéroport international Bamako Sénou. Le projet de ligne double de tramways devrait lui relier les quatre points cardinaux de la capitale et accélérer le trafic.

Bamako, multipolaire ? La ville s’élargira volontiers côté est vers Tienfala, une commune rurale de Koulikoro. A l’ouest, vers Diago, derrière la ville de Kati, au sud vers Sanankoro et au nord ouest, via Dougabougou pour s’étendre toujours plus loin. Les communes du district de Bamako se verront alors fondues dans les communes péri-urbaines par la faute de l’explosion démographique. Avec une population de plus de 2 millions d’habitants aujourd’hui, la cité des trois caïmans pourrait atteindre les 6 millions en 2030, explique Boubacar Bah, maire de la commune V.

A l’horizon 2030, décrit une autre carte, il faudra rééquilibrer les deux rives de Bamako, en évitant la centralisation de toutes les activités sur une seule rive. Pour Sébastien Philippe, auteur des cartographies, la vision 2030 est de faire Bamako une ville carrefour et où il fait bon vivre. L’équilibre entre les deux rives, de part et d’autre du Djoliba, permettra de réduire les embouteillages.

D’autres tableaux font une comparaison entre le Bamako d’hier ( de 1920 à 1960) et Bamako aujourd’hui. On y découvre des patrimoines historiques comme la gare ferroviaires qui date de 1920, la mairie du district au style colonial, le Grand hôtel de Bamako, légende d’hier. Des édifices qu’admirent, Gilles Huberson, ambassadeur de France au Mali: « J’aime particulièrement la gare, la mairie, et la beauté du fleuve Niger. Mon cœur est à Bamako”, ajoute le diplomate, sourire aux lèvres, pour qui la France a apporté sa touche à la construction des beaux édifices du Mali.

Les cartes de Sébastien Philippe interpellent le citadin sur l’avenir de sa ville. Pour Boubacar Bah, il faudra s’approprier cette vision 2030, pour concrétiser le rêve d’un Bamako plus moderne et en faire une des capitales les plus coquettes d’Afrique de l’Ouest.

source : autre presse

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>