Kalabancoura : Braquage en plein midi

Une importante somme d’argent, 40 téléphones portables… emportés dans le troisième braquage en deux ans de la même boutique

De sources proches du dossier, le mardi 6 septembre aux environs de 17 h, une boutique de vente de téléphones de Kalabancoura sur la route de l’aéroport a été la cible d’un braquage. Ils étaient trois braqueurs armés de pistolet mitrailleur (PM) et pistolet automatique (PA), cagoulés sur une mototaxi.

Après leur irruption dans la boutique, sous la menace de leurs armes, ils ont mis tout le monde à plat ventre. Ainsi, prises de panique, les personnes présentes sur les lieux n’ont rien tenté contre les braqueurs. Pour dissuader d’éventuels téméraires, ils ont tiré cinq coups de feu à l’entrée de la boutique.

Selon des témoins, les braqueurs ont demandé avec insistance de l’argent et puis ils ont brisé les vitrines derrière lesquelles étaient étalés les appareils téléphoniques les plus chers avant de tout ramasser à leur guise sous le regard impuissant du boutiquier et de ses employés. Après leur forfait, les bandits ont fait des tirs d’intimidation avant de disparaître dans la nature.

Ils ont emporté plus d’un million en espèces, 40 téléphones portables neufs ainsi que le téléphone Orange-Money servant à effectuer les transactions qui contenait 250 000 F CFA de monnaie électronique.

Notons que la même boutique a fait l’objet d’un cambriolage avec infraction courant 2018. Les malfrats avaient percé son mur depuis l’extérieur, pénétré par là et emporter plusieurs téléphones et une importante somme d’argent.

Quelques mois plus tard, au cours de la même année, au moment de la fermeture aux environs de 22 h, quatre hommes armés ont attaqué la même boutique. Ils ont emporté des motos et 500 000 F CFA. Et le dernier acte en date est survenu, le mardi 6 septembre 2022. Le hic, c’est que les auteurs de ces différents braquages n’ont jamais été appréhendés, ils sont toujours dans la nature. Ainsi, les unités chargées des différentes enquêtes sont fortement interpellées afin de mettre la lumière sur ces cas de braquages.

Boubacar Païtao

Source : Aujourd`hui-Mali