LA SIGNATURE : REFLET DU “MOI” ?

Graphisme par lequel une personne s’identifie dans un acte par lequel elle exprime son approbation sur le contenu d’un document, la signature est considérée sur tous les aspects (juridique, professionnel, personnel…) comme une marque d’accord et d’engagement. Au-delà de la lourde responsabilité qu’elle engage devant la loi, peut-on également considérer ce graphisme comme un outil qui reflète ou détermine la personnalité d’un individu ?

La loi le veut : la validité de tout engagement est subordonnée à l’existence d’une signature manuscrite qui confère à un document sa force probatoire. Dans sa portée juridique, donc, la signature est un facteur très important qui détermine notre accord face à un contrat ou une situation personnelle ou professionnelle.

 Nous avons interrogé quelques spécialistes pour qui la signature introduit une très grande responsabilité et peut se présenter comme un élément-clé (bien sûr !) devant la loi.

« La signature personnalise un acte, elle permet d’identifier le signataire, garantit le lien de la signature avec l’acte auquel elle s’attache et assure l’intégrité du document. Également, la signature peut être considérée comme un élément essentiel dans la résolution d’une affaire juridique », a affirmé Adama DIAWARA, Procureur de la commune VI.

Pour sa part, Salif Coulibaly, juriste, explique : « La portée juridique d’une signature est, d’une part, l’identification de l’auteur (le signataire) et, d’autre part, la responsabilité de celui-ci, à savoir son engagement, son consentement… ». Il enchaîne : « La signature, dans certains procès, est considérée comme la preuve la plus importante.  Quand on la regarde, on peut affirmer qu’elle compromet énormément devant la loi car si une personne a sa signature quelque part, elle aura du mal à dire ou à prouver son innocence ».

Pour notre juriste, « ce graphisme personnel est quasiment la preuve la plus réfutable dans plusieurs affaires, sauf lorsqu’on arrive à prouver que la signature présente n’est pas la bonne et qu’elle a été obtenue suite à une violence, menace, tromperie, dol ou erreur. Et dans ces genres de situations, l’appréciation revient au juge », a-t-il conclu.

En effet, la signature est une empreinte, une touche propre à soi et se distingue par son authenticité et son originalité.

 Au-delà de son importance dans les juridictions, on est en droit de se demander si, à travers la signature, on peut déterminer la personnalité d’une personne, comme l’affirment certains penseurs. A cette question, Lassina Doucouré, psychologue, répond par un grand OUI ! Avant toute intervention, « la signature ainsi que l’écriture pourraient déterminer la personnalité d’un individu. Faut-il rappeler que les êtres humains se diffèrent dans tous les aspects de la vie ? Ainsi peut-on très facilement cerner une personne à travers des petits éléments. Ce n’est pas pour rien que certains écrivent bien et d’autres moins. Par exemple, les mauvaises écritures sont toujours associées aux docteurs et aux pharmaciens qui n’ont d’ailleurs aucun mal à les déchiffrer, contrairement aux autres. Également, les personnes qui écrivent avec la main gauche sont considérées comme des personnes très créatives, et il en existe plusieurs d’autres exemples ». M. Doucouré conclut : « Donc, nous pouvons dire effectivement que les écritures ou signatures reflètent la personnalité d’un individu, et c’est naturel ! »

Selon plusieurs sources, il existerait une méthode appelée la graphologie ou “ science de l’écriture ”, à travers laquelle on peut cerner la personnalité d’un individu à travers son écriture ou sa signature. Cependant, même si elle est une méthode à laquelle beaucoup de gens dénient encore le caractère de science, elle présente un certain succès dans beaucoup de pays comme la France.

 

 Ainsi, d’après la graphologie, « Les personnes qui mettent trop de ronds ou un grand rond dans leur signature, sont décrites comme des personnes ayant une personnalité conciliante qui aiment plus le compromis que la confrontation.  Egalement, les gens qui mettent beaucoup de traits ou un trait marqué dans leur signature, sont vus par la graphologie comme des gens qui sont directs et secs dans la manière de parler et d’agir ».

 Aminata Tera

 Source: Les Échos- Mali