L’émancipation féminine : Qu’en pensent l’islam et le christianisme ?

Les femmes ont résolument affiché leur volonté de libération depuis le 20 mai 1919. Et elles continuent de revendiquer plus de liberté et surtout les mêmes droits que les hommes au nom de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Que pensent l’islam et le christianisme de cette révolte émancipatrice ?

 

Depuis le 20 mai 1919, les femmes du monde ont déclaré qu’elles sont libres et ont les mêmes droits que les hommes. Olympe de Gouges fut ainsi l’une des femmes les plus influentes de l’histoire qui ont fortement lutté pour cette liberté.  Elles se sont non seulement battues pour extirper l’oppression féminine, mais elles ont aussi écrit une déclaration des droits de la Femme et de la citoyenneté dont les premiers mots sont ; «Homme es-tu capable de justice ?» ! «Une femme te questionne» !

«Dans le monde occidental, la philosophie et la théologie chrétiennes ont œuvré en faveur d’une véritable évolution positive de la condition féminine. C’est grâce au christianisme que de grandes victoires ont été remportées pour permettre à la femme d’obtenir les mêmes droits que l’Homme», témoigne un pasteur. A l’aune de ce propos, on comprend directement que cette religion ne prive point la femme de ses droits et devoirs. «L’église prend leur défense et fait tout ce qu’elle peut pour que leur choix soit respecté», poursuit notre interlocuteur.

«Dans mon foyer, je suis justement traitée par mon époux. Il respecte honnêtement mes droits…», avoue Elizabeth communément appelée Eliza, étudiante. Pour elle, «tout homme scrupuleusement chrétien n’agit pas contrairement aux propos bibliques qui disent : Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni».  Femme de ménage, Elvine Coulibaly reconnaît que son époux est «sérieux et conscient de mes droits conjugaux et sociaux.  Il me traite de la plus bonne manière au point que je me pose parfois la question de savoir si je ne suis pas la reine de toutes les femmes».

Mais, dans la vie, il y a toujours des mauvais parmi les bons. «Nous sommes deux dans le foyer, ma coépouse et moi. Mais, notre mari n’est jamais juste entre nous. Il est totalement partial quant à notre traitement», témoigne Marcelline Kounta, institutrice. «J’exhorte fermement à mes sœurs chrétiennes qui vivent dans la même situation que moi à se rebeller afin de bénéficier de la plénitude de nos droits…», ajoute-t-elle.

«L’homme et la femme sont égaux devant Dieu ; ils sont pareillement les lieutenants de Dieu sur terre. Tous les versets coraniques relatifs aux droits et aux devoirs de l’homme concernent également la femme. D’ailleurs, pour que les choses soient claires, il est le plus souvent écrit les croyants et les croyantes», nous a indiqué Hassan, un érudit.

«La révélation s’adresse à tous sans aucune distinction de race, de sexe, de condition sociale. En matière religieuse, le coran n’établit aucune supériorité de l’homme sur la femme, car le seul critère retenu est celui du comportement de la piété. C’est​ ​à cette ​​aune que les humains sont appréciés et seront jugés par Dieu», a-t-il ajouté.

«Avant l’islam, nous autres n’avions pas de considération pour les femmes. Puis lorsque vint l’islam et que Dieu Tout puissant évoqua leurs droits, nous nous mîmes à comprendre qu’elles avaient des droits sur nous», a reconnu Oumar ibn Kattab (2e calife du Prophète Muhammad, PSL) dans le livre authentique «Boukhari».

«Je ne sais pas comment remercier mon conjoint qui respecte mes droits et me soulage de nombreuses tâches au foyer», reconnaît Fatimata Traoré, femme au foyer, saluant la loyauté de son mari. «Je vis avec un mari qui se dit musulman, mais qui ne brille pas par l’application stricte des préceptes religieux, notamment le respect de mes droits. Il me traite en esclave et agit continuellement en suivant sa passion. Il sort quand il veut et rentre à des heures tardives», déplore Aïcha Doumbia, une épouse visiblement en passe de se rebeller dans son foyer !

Karim Mallé

Stagiaire

Source : Le Matin