PCDA : Un fonds additionnel pour consolider les acquis

Le Projet a obtenu des résultats probants qu’un financement additionnel permettra de renforcer au bénéfice exclusif des opérateurs des filières 

pomme terre cereales fruits

Il contribue sans doute à mettre en place l’agro-business malien de demain. Le Programme compétitivité et diversification agricole (PCDA) a tenu hier dans la salle de conférences de la Direction des finances et du matériel (DFM) du ministère du Développement rural la 7è session de son Comité national de pilotage et d’orientation (CNPO). Le Programme est un projet de promotion des filières agricoles initié par le gouvernement avec le soutien financier de la Banque mondiale. Il a pour objectif de contribuer à l’accroissement et à la diversification des revenus et des opportunités économiques en milieu rural, à travers l’amélioration des performances des chaînes de valeur (de la production à la mise en marché) agricoles, d’élevage et de pêche à vocation commerciale pour lesquelles le Mali jouit d’un avantage comparatif et des opportunités de marché confirmées.

Les filières agricoles encadrées par le PCDA sont la mangue, la pomme de terre, l’oignon/échalote, la papaye, la banane et le bétail/viande. Le Programme avait bénéficié d’un financement de 23,2 milliards pendant six ans au cours desquels il a exécuté de nombreux sous-projets agricoles. Il a permis la création des interprofessions dans certaines filières agricoles comme la mangue, la pomme de terre, la papaye, l’échalote/oignon. Parmi celle-ci, les filières mangue et oignon/échalote ont été celles qui ont enregistré les progrès les plus spectaculaires.

Ainsi, la filière mangue draine un chiffre d’affaires de l’ordre de 30 milliards Fcfa. En 2013, environ 64 conteneurs de 22 tonnes chacun ont été exportés vers le marché européen. Le Salon international de l’agriculture (SIA) de Paris est devenu le lieu courant de la vente de mangues maliennes. Cette activité est une initiative soutenue financièrement par le PCDA. Le Mali figure désormais parmi les premiers pays exportateurs de mangue en Europe, a indiqué Sory Diarra, coordinateur du PCDA. De son côté, l’échalote du Mali est tout à la fois vendue dans les pays voisins et sur les marchés européens grâce à la promotion commerciale assurée par le PCDA. Ce produit est commercialisé en Mauritanie et en Guinée Conakry. De ce dernier pays, il se retrouve au Libéria avant d’atterrir en Italie, s’est réjouie la présidente de l’interprofession échalote/oignon, Mme Diarra Bintou Guindo.

PLUS DE 600 EMPLOIS. C’est dans ce contexte de résultats probants que s’est tenue la présente session du Comité national de pilotage et d’orientation du PCDA présidée par Moussa Camara, conseiller technique au ministère du Développement rural. C’était en présence du coordinateur national, Sory Diarra, entouré de ses proches collaborateurs et des coordinateurs régionaux de Koulikoro/District de Bamako, Ségou, Sikasso et Mopti et des bénéficiaires.

Le Projet a bénéficié d’un financement additionnel de la Banque mondiale d’un montant de 10 milliards Fcfa pour une durée de 24 mois. Dans un premier temps, une enveloppe de 6,4 milliards Fcfa pour 12 mois a été obtenue pour renforcer et améliorer les chaînes de valeur, renforcer le partenariat public-privé et les capacités des acteurs des interprofessions. A la faveur de l’extension, les activités réalisées ont, entre autres, porté sur la promotion et la diffusion de 5 technologies performantes d’irrigation (goutte à goutte, micro-jet, aspersion, système californien et rampe à tuyau souple) et 8 technologies de valorisation/stockage/conservation dans les centres de démonstration, de diffusion et de prestation (CDDP). La mise en valeur de 50 hectares de cultures fruitières et maraîchères complètent à 400 le nombre total d’hectares exploités à partir des technologies performantes d’irrigation et avec des augmentations de rendements de plus de 30% pour les cultures maraîchères.

Le PCDA a réalisé la finalisation des référentiels technico-économiques (RTE) de captage à la tarière motorisée et de séchage avec séchoir à tunnel sud africain, portant à 26 le nombre de référentiels contre un indicateur de performance de 24 retenus par le projet. La préparation et le financement de 29 entreprises portant le nombre de celles-ci à 301 pour un coût total de 3 milliards Fcfa et une subvention de 1,8 milliard Fcfa. Ces entreprises ont généré plus de 600 emplois.

UNE PHASE DE CONSOLIDATION. Le renforcement des capacités de plus de 1500 producteurs et transformateurs des filières aux bonnes pratiques de production, le renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles des interprofessions mises en place, le suivi des campagnes de commercialisation des filières prioritaires du PCDA, la formation des opérateurs sur les cahiers de charge et la finalisation du processus d’accompagnement à l’accréditation de 9 entreprises de transformation à l’obtention de l’Autorisation de mise sur le marché (AMM) des produits en collaboration avec l’Agence nationale de sécurité sanitaire des aliments (ANSSA) ont été assurés.

Les valeurs de crédit octroyés aux opérateurs des filières appuyées par le PCDA sont évaluées à 109 millions Fcfa et la finalisation de la mise en place des infrastructures commerciales de première génération (les pôles de centralisation de Niono et Sikasso et l’infrastructure froid de Sikasso) figurent parmi les objectifs atteints. C’est au regard de ces acquis que le PCDA a bénéficié d’une phase de consolidation financé à hauteur de 10 milliards Fcfa pour la période allant de juillet 2013 à juin 2015.

Le gouvernement s’est félicité de ce financement de la Banque mondiale qui permettra au PCDA de réussir le processus de transformation du secteur agricole par la promotion d’une agriculture commerciale impliquant des promoteurs privés dynamiques et la mise en marché des produits à haute valeur ajoutée. Cette phase de consolidation servira à renforcer les chaînes de valeur agricoles hautement productives et rentables dont les acteurs vont établir des liens efficaces avec les marchés.

Le programme d’activités constitue le premier plan opérationnel du financement additionnel du PCDA. Il couvre la période allant du 1er janvier au 31 décembre 2014 et a pour objet la mise en œuvre des activités permettant de consolider les acquis du projet afin de créer une masse critique de résultats et d’obtenir des impacts durables. Les filières prioritaires d’intervention concernées par ce programme 2014 sont la mangue, la papaye, l’échalote, la pomme de terre et le bétail/viande et celles à consolider sont le lait, la banane, le poisson et l’anacarde.

Les administrateurs doivent approuver un budget de 6,4 milliards Fcfa issu du fonds additionnel pour réaliser les activités de 2014.

M. COULIBALY

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>