Portugal-Uruguay : les notes du match

Pour cette deuxième journée de Coupe du Monde dans le groupe H, le Portugal affrontait l’Uruguay. Le Portugal s’est imposés sur le score de deux buts à zéro grâce à un doublé de Bruno Fernandes.

Avant le début de la rencontre face à l’Uruguay, le Portugal partageait la tête du groupe H avec trois points à égalité avec le Ghana, vainqueur de la Corée du Sud un peu plus tôt ce lundi dans l’après-midi (3-2). De son côté, la sélection uruguayenne accrochée par la sélection sud-coréenne lors de la première journée (0-0), occupait la troisième place de la poule avec un petit point. Cette rencontre était donc l’occasion de se relancer pour les hommes de Diego Alonso tandis que les coéquipiers de Cristiano Ronaldo pouvaient consolider leur place de leader. Le début de la partie était d’ailleurs plutôt à l’avantage des Lusitaniens malgré une première occasion dès l’entame pour Mathias Olivera. Aux abords de la surface, ce dernier tentait une frappe qui s’envolait au-dessus des cages gardées par Diogo Costa (3e).

La possession pour le Portugal et la meilleure situation pour l’Uruguay en première période

Dans la foulée, les Portugais se montraient dangereux à leur tour sans inquiéter le portier uruguayen. Nuno Mendes réalisait une touche longue de près de 30 mètres pour Cristiano Ronaldo qui pouvait remettre le cuir dans la surface de l’épaule. À la réception, William Carvalho enchaînait avec un tir puissant directement dans les tribunes (4e). Par la suite, les Lusitaniens maintenaient la pression aux abords de la surface, mais n’arrivaient pas à se procurer de situation chaude. La rencontre commençait alors à se hacher et l’arbitre de la rencontre, M. Alireza Faghani, devait calmer les ardeurs des acteurs sur la pelouse. À la fin du premier quart d’heure, Joao Felix se trouvait en bonne position pour frapper suite à un beau mouvement collectif portugais, mais sa frappe était contrée in extremis par Jose Gimenez (16e). Peu après l’heure de jeu, Rodrigo Bentancur se procurait la meilleure situation de la rencontre.

Sans solution dans l’axe à l’approche de la surface de réparation adverse, le joueur de Tottenham tentait et réussissait un numéro de soliste pour enrhumer deux défenseurs portugais, mais il se heurtait à Diogo Costa, sorti très vite devant le milieu de terrain, qui réalisait une parade de grande classe pour empêcher l’ouverture du score et sûrement le but de la compétition (33e). À quelques minutes de la mi-temps Nuno Mendes restait à terre victime d’une blessure musculaire visiblement (41e) et devait céder sa place à Raphaël Guerreiro (42e). Un véritable coup dur pour le Portugal et son sélectionneur, Fernando Santos. Les Uruguayens multipliaient alors les fautes tactiques en fin de première période pour empêcher l’adversaire de développer son jeu et conserver le match nul. À la pause, les Portugais comptaient 70% de possession et neuf tirs contre 4 pour leurs adversaires.

En deuxième période, Bruno Fernandes envoie le Portugal en huitièmes

Au retour des vestiaires, après une magnifique déviation de la poitrine de Cristiano Ronaldo en contre-attaque, Bernardo Silva trouvait parfaitement Joao Felix en profondeur qui rentrait dans la surface, mais sa frappe frôlait le poteau (52e). Dans la continuité de cette action, Bruno Fernandes enroulait un amour de centre pour son ancien coéquipier à Manchester United qui pensait effleurer le ballon alors que Sergio Rochet était battu (54e). Le but était finalement bien accordé à Bruno Fernandes. À l’aube du dernier quart d’heure, l’Uruguay se montrait enfin dangereux dans cette deuxième période et Diogo Costa était alors sauvé par son montant gauche sur une belle frappe de Maximiliano Gomez (75e). Quelques minutes plus tard, tel un renard des surfaces, Luis Suarez enchaînait très vite et tirait du gauche, mais sa frappe fuyait le cadre (78e) puis Federico Valverde servait en profondeur Giorgian De Arrascaeta qui manquait son face à face avec Diogo Costa (79e).

En toute fin de rencontre, l’arbitre était appelé par la VAR pour une suspicion de main de Jose Gimenez dans la surface sur un petit pont de Bruno Fernandes (90e). Le penalty était bel et bien accordé aux Portugais et Bruno Fernandes se chargeait d’exécuter la sentence (90e+3) pour qualifier le Portugal pour les huitièmes de finale en mettant fin à tout suspense dans cette partie. Lors de la prochaine et ultime journée de la phase de poules, le Portugal ira affronter la Corée du Sud tandis que l’Uruguay rencontrera le Ghana, vendredi prochain à 16h.

Les notes du match

L’homme du match : Bruno Fernandes (7,5) : le milieu de Manchester United avait allumé la lumière en seconde période contre le Ghana. En première période, il a beaucoup été touché, mais n’a pas franchement excellé dans le jeu de passes. En seconde période, il a remis le costume de chef d’orchestre et on croyait qu’il avait offert un but à Cristiano Ronaldo, mais c’est finalement bien lui qui marque (54e). Il a globalement disparu ensuite, mais ses coéquipiers avaient moins le ballon. Il obtient un penalty en fin de match, qu’il décidait de convertir lui-même (90e +3). Il aurait pu inscrire un triplé, mais il est tombé sur le portier adverse d’abord, puis sur le poteau ensuite.

Portugal

  • Diogo Costa (6,5) : il n’a absolument rien eu à faire pendant les trente premières minutes de la partie tant les Uruguayens ne semblaient avoir aucune volonté d’aller vers l’avant. Mais il s’interpose de façon absolument sublime après un rush superbe de Bentancur (30e). Un peu plus mis à l’épreuve en début de seconde période, il s’est imposé sur les tirs très lointains de Cavani et consorts. Il faut qu’il fasse attention à ses relances au pied. Il semble battu sur la frappe de Maxi Gomez qui s’écrase sur le poteau (74e). Il sort bien dans les pieds de De Arrascaeta (79e).
  • Nuno Mendes (non noté) : défensivement, le défenseur du Paris SG n’a pas eu grand-chose à faire, et quand il a eu quelque chose à faire, ça a été franchement moyen. Il a montré ses qualités de vitesse en allant plus vite que deux joueurs uruguayens. Malheureusement sorti sur blessure. Remplacé par Raphaël Guerreiro (42e, note : 4,5). Le latéral gauche a eu du travail puisque la majorité des actions uruguayennes passaient par son côté. Il a eu un peu de mal à suivre les débordements des offensifs adverses, mais cela n’a pas franchement coûté de but aux siens.
  • Pepe (6,5) : l’inusable défenseur portugais reste un élément extrêmement fort du dispositif défensif de Fernando Santos. En première période, il a très bien contrôlé Darwin Nunez qui venait dans sa zone. Il est plus calme et plus serein que par le passé, ce qui se transmet à ses coéquipiers. Toujours aussi bon en seconde période lorsqu’il fallait défendre avec toutes les parties du corps. C’est dans ces moments-là qu’on voit le grand Pepe !
  • Ruben Dias (5,5) : déjà pas franchement impérial contre le Ghana, il a eu du mal en première période. Il s’est fait bouger par Darwin Nunez et surtout il se fait complètement enrhumer par Bentancur sur la plus grosse occasion uruguayenne. Du mieux en seconde période, notamment au niveau de la concentration alors que ses adversaires commençaient à jouer un peu plus. Il laisse toutefois De Arrascaeta partir dans son dos sur une occasion dangereuse (79e).
  • Joao Cancelo (6) : il n’est pas devenu défenseur en une soirée, mais en même temps, il n’a pas eu grand-chose à faire en première période. Il a bien été aidé par Pepe pour contrôler un Darwin Nunez assez remuant sur le front de l’attaque. Toujours aussi peu de choses à faire défensivement en première tant les Uruguayens semblaient vouloir passer par l’autre côté. Il sauve les siens sur un centre venu de la gauche devant Luis Suarez (81e).
  • William Carvalho (6) : remplaçant lors de la première journée, il s’est imposé ce soir dans l’esprit de Fernando Santos. Le ballon passe souvent par lui et il sait où envoyer le ballon avec sûreté. Pas vraiment de folies dans son jeu en première période. Auteur d’une belle reprise non cadrée en début de match. Toujours utile en seconde période quand il fallait couper les transitions offensives adverses. Remplacé par Joao Palhinha (82e), dont le travail a été de calmer les ardeurs adverses.
  • Ruben Neves (4) : on ne le voit pas beaucoup. On ne sait pas trop si c’est parce qu’il fait un travail ingrat ou s’il n’est simplement jamais au bon endroit au bon moment. Il se fait littéralement victimiser par Darwin Nunez sur un contre qui n’a pas été au bout. Pas franchement mieux en seconde période, il gagne peu de duels, il est très lent dans les transitions. Remplacé par Rafael Leao (69e), qui a notamment tiré à côté (84e).
  • Bernardo Silva (6,5) : a l’image de son match contre le Ghana, il ne fait pas grand-chose d’exceptionnel. On le trouve même assez peu. Il a complètement ruiné un centre en retrait en ne laissant pas le ballon passer derrière lui. Du mieux en seconde période, le Citizen a distillé le jeu et s’est montré très disponible offensivement pour combiner avec ses coéquipiers. Encore mieux en fin de match quand il fallait faire les bons choix pour donner ses ballons.
  • Bruno Fernandes (7,5) : voir ci-dessus.
  • Joao Felix (5,5) : avec son but lors de Portugal-Ghana, on sent qu’il a pris de l’air par rapport à sa terrible situation à l’Atlético Madrid. Dès les premiers instants du match, on l’a trouvé en jambes et voulant faire rapidement progresser le ballon vers l’avant. Malheureusement, il n’a pas toujours été servi dans les bonnes conditions. Moins fringant en seconde période, il récolte un carton jaune pour une semelle (77e). Remplacé par Matheus Nunes(82e) qu’on a pas franchement vu, sauf en toute fin de match avec une belle accélération et une presque passe décisive pour Bruno Fernandes.
  • Cristiano Ronaldo (6) : CR7, le sans club, partait sur de bonnes bases dans cette rencontre. De belles foulées, une passe assez impressionnante de la poitrine et quelques contrôles bien sentis, mais il a peu à peu disparu en première période au fur et à mesure que les débats s’équilibraient. Il est impliqué sur le premier but des siens, même s’il semble qu’il ne touche pas le ballon. Remplacé par Gonçalo Ramos (82e) qui a protégé le point de penalty pour que les Uruguayens ne le piétinent pas.

Uruguay

  • Rochet (4) : alors que le Portugal n’a cadré aucune de ses tentatives dans le premier acte, le gardien uruguayen n’a pas eu énormément de travail à réaliser dans les 45 premières minutes de la rencontre. Il ne peut rien faire sur le premier but portugais. Pas de réelle erreur, pas non plus de merveilles. Une copie neutre.
  • Gimenez (5) : solide, compact, régulier, il a été à l’image de la défense de la Celeste. Toujours appliqué et impliqué, il a commis peu d’erreurs, que ce soit dans les interventions ou les relances. Il termine la rencontre avec une récupération, trois interceptions et deux tirs bloqués. Il est néanmoins fautif d’une malheureuse main involontaire qui offre le penalty et ainsi le deuxième but à Bruno Fernandes (90e+3).
  • Godin (4,5) : du haut de ses 36 ans, le défenseur de Velez s’est montré solide, notamment en première période en se comportant comme un vrai capitaine vocal. A plusieurs reprises, il a su plonger au sol pour contrer les tentatives lointaines portugaises, réalisant un total de trois récupérations. Baisse de forme sur la longueur et fatigue logique jusqu’à sa sortie. Remplacé par Pellistri à la 62e minute qui a apporté un peu de vitesse au jeu offensif de l’Uruguay.
  • Coates (4,5) : un peu moins rassurant que ses autres comparses défensifs, le roc du Sporting a surtout apporté de l’agressivité et du physique mais sans véritable propreté. Un peu moins bien en place et organisé dans le trio de la défense. A noter néanmoins ses trois précieuses récupérations.
  • Varela (3) : en décrochant de son flanc gauche sur l’ouverture du score portugaise, il couvre ainsi Cristiano Ronaldo qui n’est pas hors jeu (54e). De manière générale, il a souvent semblé perdu sur le terrain, sans jamais apporter du rythme en attaque ou de la réelle solidité défensive. Une certaine peur qui l’a empêché d’avoir un vrai impact, alors qu’il a été discret. Une performance plutôt compliquée.
  • Valverde (4) : beaucoup trop discret en première période, il aurait dû avoir un impact bien plus conséquent dans le collectif offensif de son équipe. Contrairement à Bentacur, il n’a pas su réveiller ses coéquipiers en tentant quelques incursions dans l’axe portugaise. Avec ses qualités techniques et son appétence pour les tirs lointains, le joueur du Real Madrid devait en faire bien plus dans cette affiche décisive. Il termine la rencontre avec un seul duel remporté sur sept, dix pertes de balle et trois fautes commises.
  • Bentacur (6) : averti rapidement pour une vilaine faute sur Ruben Dias (6e), le milieu de Tottenham a néanmoins réussi une solide prestation. Il a eu beaucoup de mal à combiner avec ses partenaires pour progresser balle au pied. Auteur d’un formidable numéro individuel depuis les 50 mètres, il a bien failli ouvrir le score après une belle séquence de dribbles dans l’axe mais Diogo Costa a réalisé un arrêt flamboyant (33e). Bentacur a porté les siens en cassant les lignes avec beaucoup de propreté.
  • Vecino (3,5) : s’il n’a pas réalisé d’erreurs criantes, le milieu de la Lazio a enchaîné les mauvaises séquences, perdant un total de neuf ballons, tout en commettant trois fautes. Trop d’hésitation et de lenteur dans ses décisions, il affiche un très faiblard 63% à la passe sur seulement seize tentées. Remplacé par De Arrascaeta à la 62e minute qui a eu une belle opportunité en face-à-face arrêtée par Costa (79e)
  • Olivera (4,5) : averti stupidement avant la pause pour un geste d’antijeu (44e), il a réalisé quelques débordements intéressants, notamment avec ce centre à ras-de-terre pour Bentacur (36e). Défensivement, il a été en place, alternant les allers-retours pour aider le trident défensif à l’arrière. Toujours propre en attaque, il a affiché un taux de passes réussies de 85% avec quelques belles tentatives : d’abord de loin avec un tir puissant (3e) et de la tête (65e). Remplacé par Viña à la 86e minute
  • Cavani (3,5) : s’il couvre toujours l’intégralité du terrai en courant de nombreux kilomètres, l’ancien Parisien n’a pas réellement eu l’occasion de montrer son efficacité et son réalisme devant la cage de Costa puisqu’il n’a tenté qu’un seul tir ce soir. Il sauve sa copie offensive avec son habituelle détermination, sa présence aérienne sur les long ballons et sa capacité à décrocher pour venir en aide au bloc du milieu pour attirer les défenseurs et créer quelques espaces. Remplacé par Suarez à la 73e minute qui est passé proche de l’égalisation sur un coup franc de De Arrascaeta mais son tir a terminé dans le petit filet (78e)
  • Nunez (3) : malgré une envie implacable, indispensable dans l’installation du pressing haut de la Celeste, l’attaquant de Liverpool a encore eu beaucoup de déchets techniques avec de nombreuses passes ratées ou de contrôles trop mal ajustés. Il peine à se montrer efficace et réaliste en attaque, ralentissant trop souvent les rares opportunités de contres de l’Uruguay. Sur ses rares ballons touchés, il n’a tout simplement pas été dangereux ou en réussite. Remplacé par Gomez à la 73e minute qui a trouvé la barre d’une frappe surpuissante (75e)

Source: Foot Mercato