Taekwondo, coupe ONATEL au Burkina Faso : LE MALI REMPORTE 7 MEDAILLES ET PREND DATE POUR LE CHAMPIONNAT D’AFRIQUE

La 10ème  édition de la coupe ONATEL s’est déroulée du 31 janvier au 1er février derniers au Burkina Faso. Organisée par l’Office national des télécommunications du  Burkina Faso (ONATEL), la compétition a regroupé 6 pays : le Mali, le Niger, le Togo, le Bénin, le Congo et le Burkina Faso. A l’exception du Burkina Faso qui était représenté par 5 équipes (Ouagadougou, Banfora, Koudougou, AS ONATEL et Bobo Dioulasso) tous les autres pays alignaient une sélection. La sélection malienne était composée de 8 athlètes dont 4 garçons et autant de filles qui ont pour noms : Seydou Niang (-58 kg), Samba Niang (-68 kg), Ismaël Coulibaly (-80 kg), Mady Bagayoko (+80 kg), Aïda Thiama (-49 kg), Zéïnab Doumbia (-57 kg), Kadiatou Diallo (-67 kg) et Nana Doumbia (+67 kg).

 

taekwondo karate judo boxe coupe onatel medaille

L’équipe nationale était conduite par deux encadreurs, Gaoussou Soumaré, ceinture noire 4è Dan et Idrissa Coulibaly ceinture noire 5è Dan. La délégation comprenait également un médecin, Ignassa Bengaly et trois arbitres que sont Mamadou Sinayoko et Cheicknè Dicko tous deux arbitres internationaux et Seydou Coulibaly, arbitre national. Comme lors des précédentes éditions, la moisson a encore été belle cette année pour nos mousquetaires qui ont remporté 7 médailles dont 3 médailles en or, 2 médailles d’argent et autant de médailles de bronze.

Au classement général, la sélection nationale a terminé 2ème de la compétition derrière le Niger qui a totalisé 8 médailles dont 4 médailles d’or. Les médailles d’or du Mali ont été remportées par Ismaël Coulibaly (-80 kg), Mady Bagayoko (+80 kg) et Zéïnab Doumbia (-57 kg), tandis que Seydou Niang (-58 kg) et Kadiatou Diallo (-67 kg) ont décroché des médailles d’argent. Les deux médailles de bronze sont à mettre à l’actif de Samba Niang (-68kg) et Aïda Thiama (-49kg).

Selon l’encadreur de la sélection nationale, Gaoussou Soumaré dit ‘’Mafa’’, l’objectif du Mali était la première place du tournoi, mais expliquera-t-il, l’équipe n’a pas eu suffisamment de temps de préparation. «Nous avons commencé les entraînements une semaine seulement le coup d’envoi du tournoi et on n’a fait que deux séances. Il y a aussi le fait que l’équipe était composée à 50% de jeunes combattants qui étaient à leur première sortie internationale», ajoutera le technicien.

Mafa conclura que la sélection nationale tentera de se racheter au Championnat d’Afrique prévu en août en Tunisie et qui constitue cette année l’échéance la plus importante pour les combattants maliens. «Notre objectif est de remporter cette compétition, mais cela ne peut se réaliser sans le soutient de la Fédération malienne de taekwondo et surtout de notre département de tutelle. Le Mali doit reconquérir sa place sur l’échiquier international et nous avons besoin du soutien des plus hautes autorités du pays pour atteindre cet objectif», conclura l’entraîneur national.

 

B. THIERO

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>