L’avenir contrarié de l’ONU, impuissante face aux crises

ANALYSE – Tirée d’un long sommeil après les deux années de confinement liées à la pandémie de Covid-19, l’organisation se retrouve empêtrée dans l’invasion de l’Ukraine.

L’événement est passé presque inaperçu: une semaine avant l’ouverture de la grand-messe onusienne de septembre, à New York, l’Assemblée générale décidait de reporter d’un an un «Sommet du futur» prévu en 2023, censé apporter «des solutions multilatérales pour des lendemains meilleurs». Face aux maux actuels de la planète, l’avenir pouvait attendre jusqu’en 2024.

Et pourtant, l’urgence a saisi la vénérable organisation des Nations unies, créée en 1945 à San Francisco par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale afin de préserver la paix et la sécurité internationale. Et désormais assaillie de toutes parts pour son impuissance face à la guerre en Ukraine, après la Syrie, l’Éthiopie, la Birmanie ou le Yémen, pour l’impuissance et les bavures de ses Casques bleus au Mali et en RDC.

Émergeant d’un long sommeil, après deux années de confinement lié à la pandémie de Covid-19, l’organisation se retrouve empêtrée dans l’invasion de l’Ukraine depuis le 24 février: hasard du calendrier, la Russie…lefigaro.fr