2e AG du CIP-G5 Sahel: les commissions balisent le terrain

Les travaux des commissions en plénière des députés membres du Comité interparlementaire du G5 Sahel (CIP-G5 Sahel) ont débuté hier lundi, à l’hôtel de l’Amitié de Bamako. Cette rencontre est préparatoire de la 2e Assemblée générale de ladite Commission prévue également à Bamako du 8 au 9 juillet prochain.

 

La cérémonie d’ouverture de ces travaux de commission a été présidée par le 1er vice-président du Conseil national de transition (CNT), Assarid Ag IMBARCAWANE qui avec ses côtés le Secrétaire exécutif du CIP-G5 Sahel, Karamoko Jean-Marie TRAORE ainsi que la présidente des femmes du G5.
Prennent part à ces travaux de trois jours, les députés des cinq commissions du CIP-G5 Sahel, à savoir la commission défense et sécurité ; la commission affaires sociales et migration ; la commission développement, infrastructures et environnement ; la commission économie, finances et budget ; la commission politique, justice et droits humains.
L’une des missions principales des travaux des commissions est de préparer l’assemblée générale du CIP-G5 Sahel placée sous la houlette des présidents des Assemblées nationales du Mali, de la Mauritanie, du Tchad, du Niger et du Burkina Faso.
Dans ses mots de bienvenue, le vice-président du CNT a salué les membres du bureau et de la conférence des présidents pour avoir porté leur choix sur le Mali pour abriter cette rencontre alors que le pays traverse un moment délicat de son histoire. Outre la crise sécuritaire, le Mali connaît également des difficultés au plan politique suite aux deux coups d’État.
« L’importance des commissions dans le travail parlementaire n’est plus à démontrer. Vous le savez autant que moi, les commissions parlementaires sont les organes essentiels du fonctionnement quotidien des chambres des parlements pour l’élaboration des politiques notamment. Elles jouent également un rôle de contrôle de l’activité gouvernementale et de consultation publique sur les différentes questions qui animent la société », a justifié l’honorable Assarid Ag IMBARCAWANE.
Pour lui, les résultats des travaux de ces différentes commissions seront soumis à la plénière des présidents qui s’ouvrira à partir du jeudi, pour adoption.
Après l’ouverture des travaux, Moustapha SANGARE, membre du CNT, également président de la commission Défense du CIP-G5 Sahel a accordé une interview à la presse au cours de laquelle il s’est aussi réjoui du choix porté sur le Mali pour organiser cette rencontre.
Selon lui, le contexte de cette 2e Assemblée générale du CIP-G5 Sahel n’est pas reluisant à cause des crises auxquels le Mali est confronté. Celles-ci ont eu pour conséquences de freiner l’essor du pays. Face aux problèmes qui assaillent l’espace, ce cadre veut être un espace de prise en compte du développement et de la paix au Sahel, a-t-il indiqué. Ce faisant, a-t-il poursuivi, il est attendu du Comité interparlementaire du G5-Sahel de jouer pleinement son rôle en renforçant le contrôle des actions du gouvernement.
« Nous allons nous investir pour ne pas décevoir le peuple malien », a promis M. SANGARE.
Lors de cette première journée, les participants ont constitué les commissions de travail, tout en les mettant à jour.

Par Sikou BAH

Source : INFO-MATIN