Politique nationale genre : Les PTF satisfaits des avancées du Mali

La  deuxième session du Conseil supérieur de la Politique nationale genre a permis de faire le bilan du chemin parcouru. Elle a constitué aussi un moment d’engagement et de résolution, pour améliorer la condition de la femme, à travers la mise en œuvre de la PNG.

La deuxième session du Conseil supérieur de la Politique nationale genre (PNG) s’est tenue le lundi sous la haute présidence du Premier ministre, Chef du Gouvernement. C’était le lundi 29 mars 2021, à la Primature, en présence de plusieurs membres du Gouvernement et des représentants des partenaires techniques et financiers du Mali (PTF).

Au cours de cette session, les membres du Conseil supérieur de la Politique nationale genre ont fait le point des acquis enregistrés et partagé les actions en cours en termes de perspectives.

Au nom des partenaires techniques et financiers, la représentante de l’ONU-Femmes au Mali, Mme Francesca De Antoni dira que : « le  chemin qui mène vers la réalisation de l’égalité femme-homme est assurément long et semé d’embûches. Pour y parvenir, la culture de l’égalité et le partage des responsabilités politiques et sociales sont des facteurs très importants à promouvoir ».

Pour Mme le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Bouaré Bintou Founè Samaké, cette session a permis de faire le bilan du chemin parcouru. Elle a constitué aussi un moment d’engagement et de résolution, pour améliorer la condition de la femme, à travers la mise en œuvre de la PNG.  Mais « l’efficacité des interventions  dans  le domaine du genre, dépend largement de la compréhension du concept genre, et aussi de l’utilisation des outils de la gestion axée sur les résultats, et notamment de la planification stratégique » a-t-elle fait comprendre.

Mme Bouaré Bintou Founè Samaké, a énuméré quelques défis  auxquels doit s’attaquer le Conseil exécutif de la PNG. Il s’agit entre autres de : l’absence d’une analyse genre des politiques et programmes évoluant dans les ministères ; l’insuffisance de ressources financières limitant les capacités du Secrétariat permanent de suivi de la mise en œuvre de la PNG ; le fonctionnement irrégulier des comités sectoriels du genre tant au niveau des départements qu’au niveau régional etc.

En clôturant les travaux de ladite session, le Premier ministre, Moctar Ouane a salué la détermination et surtout la disponibilité des membres de cette instance, à traduire en actes les engagements pris par le Gouvernement du Mali. Il a également remercié les partenaires techniques et financiers pour leur appui constant à la faveur de  la mise en œuvre de la PNG. Le chef du Gouvernement a apprécié les résultats obtenus par le comité pilotage du FAFE, sous la houlette du ministère de tutelle.

A signaler qu’avec l’institutionnalisation du Conseil  supérieur du PNG, l’État s’est engagé à :  examiner périodiquement l’état de mise en œuvre de la PNG ; analyser les propositions et recommandations soumises par le ministre en charge du Genre et de donner des orientations pour la prise en compte du Genre dans les textes législatifs et règlementaires, dans la formulation des politiques publiques, dans la composition des organes élus et des institutions administratives  etc.

 Diakalia M Dembélé

Source: 22septembre