Protection des droits de personnes handicapées : Les dirigeants du monde interpelés

Le 03 décembre de chaque année, est célébrée la journée internationale des personnes handicapées. Cette année, les dirigeants du monde ont un objectif défini : « parvenir à un monde où toutes les populations ont un accès égal aux opportunités », a déclaré Antonio Guterres, secrétaire générale de l’ONU.

Cette vision des décideurs est loin d’être une réalité dans beaucoup de pays en Afrique, où les personnes en situation de handicap, sont en marge des politiques, ou mieux, se sentent en manque de protection : « je ne peux compter que sur moi-même, je ne sais pas comment l’Etat pourrait se soucier de moi avec tant de priorités à gérer », se lamente Souleymane Koné, handicapé physique, vendeur d’essence à Faladiè Socorro. Le jeune marié de 27 ans, se surprend d’apprendre qu’il y a au Mali, une structure pour plaider la cause des personnes en situation de handicap.

Ces cas sont nombreux dans le pays, car le plus souvent oubliés du système. Alors que, des personnes en situation de handicap ont beaucoup de potentialités.AT est handicapé visuel, il écrit, lit, et poste des messages sur les réseaux sociaux : « je ne me gêne pas de changer mes statuts sur WhatsApp », confie-t-il.

A l’échelle internationale, malgré la timidité des résultats, des efforts se poursuivent pour promettre ces personnes à un environnement qui favorise leur épanouissement. La convention relative aux droits des personnes handicapées (CRDPH), adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU dans sa résolution 61/106 du 13 décembre 2006, est une référence pour 186 pays, dont le Mali, pour la défense et la protection du droit à la protection, à la dignité, à la santé et à l’éducation et surtout, à une inclusion pondérée des personnes handicapées.

Toutefois, cet élan, pourrait-on se convaincre, est loin d’être atteint dans plusieurs pays signataires selon l’ONU. Pour l’atteinte de ces objectifs, l’organisation internationale a invité les Etats en fin Novembre, à s’attaquer aux : « obstacles, aux injustices et aux discriminations dont la population handicapée est victime ».  Pour Antonio Guterres, « la réalisation des droits des personnes handicapées est essentielle pour tenir la promesse fondamentale de l’agenda 2030 : ne laisser personne derrière ».

D’après le premier rapport mondial sur le handicap produit conjointement par l’OMS et la Banque mondiale, plus d’un milliard de personnes dans le monde souffrent d’un handicap. Au Mali, plus d’un million cent mille personnes vivent avec un handicap.

En 2019, une conférence intergouvernementale s’est tenue par vidéo conférence, afin d’apporter des solutions aux défis et difficultés, qui sont pour le moins, une « passerelle » dédiée à ces personnes, notamment dans les lieux publics.

 

Ousmane Tangara

Source: Bamakonews