Marseille va aussi boycotter le Mondial 2022

Marseille rejoint le boycott. Par le biais d’un communiqué publié ce lundi, la ville de Marseille a indiqué qu’elle « ne diffusera pas les matches de la coupe du monde de football sur écran géant. » La municipalité dirigée par Benoît Payan emboîte ainsi le pas à d’autres grandes villes, comme Lille, Strasbourg ou encore Bordeaux, dans l’optique de protester contre l’organisation du Mondial 2022 au Qatar, où de nombreux travailleurs auraient perdu la vie (plus de 6 000) pour la construction des stades notamment.

« La Ville de Marseille s’engage pour une pratique du sport toujours plus juste et inclusive. Marseille, fortement attachée aux valeurs de partage et de solidarité du sport et engagée pour construire une ville plus verte ne peut contribuer à la promotion de cette coupe du monde de football 2022 au Qatar. Cette compétition s’est progressivement transformée en catastrophe humaine et environnementale, incompatible avec les valeurs que nous voulons voir portées au travers du sport et notamment du football », justifie notamment la ville de Marseille. La lutte fait rage.

 

Ce mardi, l’Olympique de Marseille accueille le Sporting CP en Ligue des Champions. Voici le bilan du club phocéen contre les formations portugaises en coupe d’Europe.

 

Les clubs portugais sont bien souvent performants en coupe d’Europe. Justement, c’en est un qui va venir fouler la pelouse de l’Orange Vélodrome ce mardi en Ligue des Champions. L’Olympique de Marseille accueille en effet le Sporting CP pour cette troisième journée de Ligue des Champions. Une confrontation qui pourrait déjà sceller son sort en C1.

Mais, par le passé, les Phocéens ont déjà rencontré des équipes du pays de Cristiano Ronaldo. La première double confrontation importante se joue lors de la saison 1989-1990 et c’est un très mauvais souvenir pour les Marseille. Si ces derniers l’ont emporté deux buts à un à l’aller, ils seront défaits un but à zéro au retour et donc éliminés. Le seul et unique but de cette partie vient d’un corner, botté de la gauche vers la droite, détourné au premier poteau avant que Vata ne propulse le cuir dans les filets d’un geste du bras.

Il faudra attendre presque quinze ans pour retrouver une trace d’une confrontation entre l’OM et un club portugais. En 2003-2004, l’année de Didier Drogba, les Marseillais se retrouvent, en C1 dans le groupe de Porto. Résultats des courses deux défaites avec un joli 2-3 au Vélodrome et une défaite 0-1 à l’extérieur.

L’OM n’y arrive pas face à Porto

Quatre ans plus tard, les deux formations se retrouvent, toujours dans la plus prestigieuse des compétitions européennes. Cette fois, l’OM glane un point à domicile (1-1). Toutefois, les Marseillais sont une nouvelle fois défaits lors de leur voyage, cette fois sur une marge très mince (1-2). Et deux en plus tard, l’OM retrouvera, en Ligue Europa, le Benfica.

Presque deux décennies se sont écoulées depuis la main de Vata et mais les fans marseillais ont la dent dure. L’OM d’Erik Gerets accrochera un nul au Stade de la Luz mais perdra en terres phocéennes sur le score de deux buts à un. Cinq ans plus tard, c’est Braga qui se présentera devant l’OM en Ligue Europa. Bilan : une défaite (2-3) à l’extérieur et une victoire à domicile (1-0).

Un bilan pas fameux

Lors de l’épopée européenne amenant les joueurs de Rudi Garcia jusqu’en finale, Thauvin et ses coéquipiers croiseront par deux fois des écuries portugaises. Cette fois, le bilan est assez équilibré. Contre le Victoria Guimaraes, les Marseillais l’emporteront à domicile (2-1) et perdront à l’extérieur (0-1). Ils affronteront Braga ensuite avec une démonstration à l’Orange Vélodrome (3-0) et une défaite à l’extérieur (1-0). Enfin, sous André Villas-Boas dans une Ligue des Champions sans supporters à cause du Covid, ils perdront à deux reprises (0-2 ; 0-3).

En résumé, les Marseillais, qui n’ont jamais affronté le Sporting CP, ne réussissent pas franchement face aux écuries portugaises. Ils n’ont jamais battu le FC Porto et comptent, en tout, quatre victoires, deux nuls et dix défaites. Mais il y a un bien un début à tout…