Mossadeck BALLY, président CNPM: ‘‘Unissions-nous, car la division ne mène nulle part’’

L’Assemblée générale élective organisée par l’Administration provisoire au Conseil national du Patronat du Mali (CNPM) le samedi 1er octobre, sans surprise, a été sanctionnée par la confirmation du bureau consensuel dirigé par Mossadeck BALLY. Cette nouvelle équipe de 31 membres a été élue par 117 voix sur un collège électoral de 129 délégués pour un mandat de 5 ans.

 

Convoquée par l’Administration provisoire, l’AG élective du CNPM a été tenue ce week-end sous une forte présence des éléments des forces de l’ordre. Ce processus enclenché depuis février visait à mettre en place un bureau afin de tourner la page de la crise de leadership au sein du secteur privé malien.
« Je salue les membres de cette équipe qui a permis au secteur privé de se relever après 2 ans de crise de leadership », a indiqué Mossadeck BALLY.
À la tête du secteur privé malien, pendant les 5 prochaines années, son équipe se consacrera aux réformes afin d’éviter les situations similaires dans lesquelles le CNPM était piégé.
En clair, c’est le temps des réformes pour ce bureau consensuel désigné par les groupements professionnels en toute transparence, en toute logique.
« C’est le temps de rassembler. Notre bureau tend la main à tous les membres du secteur privé. C’est le temps de se porter vers le futur, car notre pays se porte très mal. Donc, notre économie se porte très mal et nos entreprises se portent très mal. Et c’est le temps de chercher comment relever notre pays, notre économie, nos entreprises », a déclaré M. Mossadeck BALLY, fondateur de la chaine hôtelière « Azalaï ».
Déjà, il imprime sa vision et sa cadence en permettant au CNPM, syndicat du secteur privé, de défendre ses intérêts de façon citoyenne, professionnelle et avec acharnement.
« Nous sommes là pour servir. Nous n’attendons rien à titre individuel et personnel du CNPM. Notre plus grande satisfaction serait que dans 5 ans les délégués, qui nous ont élus, soient satisfaits de nos résultats. C’est notre seule et unique ambition dans ce bureau », s’est-il montré désintéressé.
Par ailleurs, il a aussi évoqué la nécessité de l’avènement de la paix et de la réconciliation nationale au sein du CNPM alors que certains patrons mécontents d’être ‘’exclus’’ ne se reconnaissent pas dans ce processus de l’Administration provisoire.
« Donnons-nous la main. Unissions-nous, car la division ne mène nulle part. Nous ne sommes pas des adversaires. Nous sommes des chefs d’entreprises. Nous créons la richesse de ce pays. Nous créons les emplois que doivent occuper nos enfants, nos petits-enfants. Nous avons une vision commune, un objectif commun. Donnons-nous la main pour avancer, car un secteur privé uni et fort aura tout le respect des autorités publiques. Si nous sommes désunis, personne ne nous écoutera », a plaidé M. BALLY, tout en promettant de ne jamais abandonner la vision du secteur privé, fort, uni et prospère.
« Cette crise a été dure pour beaucoup d’entre nous. Quand le combat s’impose à vous, vous êtes obligés de vous battre ou de disparaître », a, de son côté, indiqué le 1er vice-président de ladite structure, Boubacar H DIALLO.
Pour lui, la mise en place de ce bureau consensuel est une chance pour le secteur, car il est composé d’hommes valables. Puis, il a annoncé que le travail à faire est énorme, en appelant les groupements professionnels à rester mobiliser derrière ce bureau.
« Sans votre mobilisation, les objectifs ne seraient pas atteints. Il y a le défi pour le pays et pour notre secteur privé », a déclaré M. DIALLO.
Auparavant, après l’ouverture des travaux par Soya GOLFA, président de l’Administration provisoire du CNPM, le 1er vice-président de ladite structure, Boubacar H DIALLO, a rappelé que l’élection allait se tenir sur la base du règlement électoral adopté lors d’une Assemblée générale extraordinaire.
Ainsi, conformément à l’article 14 de ce texte, le doyen en âge des délégués ainsi deux plus jeunes des délégués-non candidats ont été désignés respectivement président du bureau et assesseurs pour conduire l’Assemblée générale élective du CNPM.
Outre les membres du bureau, l’Assemblée générale élective a aussi été consacrée à l’élection des 9 membres du comité statutaire du CNPM.
Si pour des patrons maliens cette élection est l’épilogue de la crise au CNPM, loin s’en faut pour des responsables du secteur privé regroupés au sein d’un collectif et qui ont déjà récusé l’Administration provisoire et l’a remplacé par un collège transitoire. De plus, ils ont introduit deux actions en justice contre des décisions de l’Administration provisoire.
Sur la 1ere plainte qui était une action en référé devant le tribunal de la commune IV afin d’obtenir l’annulation des élections, le collectif a été débouté ce vendredi 30 septembre.
Quant à la seconde plainte concernant l’annulation des décisions de l’Administration provisoire, elle suit son cours, selon des sources proches dudit Collectif.
«Le collectif va organiser dans les jours à venir par rapport à cette assemblée et l’opinion nationale sera informée des décisions en sortitont», a annoncé Omar DIOUARA, porte-parole du collectif.

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin