Cour suprême : Plaidoirie émouvante de Me Demba Traoré pour un sexagénaire spolié

Agé de 70 ans, F. Camara domicilié à Senou depuis 40 ans est victime d’une
spéculation foncière sur sa propre maison lui servant de logis. Expulsés, lui et
sa famille se trouvent dans la rue. Son avocat, Me Demba Traoré, a après une
plaidoirie sensible, exhorté la clairvoyance du juge.


Le procès en révision opposant T. Doumbia et F. Camara à la section administrative
de la Cour suprême a eu lieu le jeudi 20 Octobre dernier.  Les conseils de F.
Camara, Me Demba Traoré et de T. Doumbia, Me Aliou Abdoulaye Touré, à la barre,
sont revenus sur le fond de l’affaire.
On se rappelle que le présent procès fait suite à l’arrêté N°259 du 06 mai 2021 de la
SA-CS, assorti d’un rapport. Le juge assesseur a fait la lecture dudit rapport à
l’intention des conseils. Si l’avocat de T. Doumbia a dit que les termes du rapport

sont conformes à la vérité, Me Demba Traoré l’avocat défendant F. Camara s’est dit
étonné. Pour lui, adopter ce rapport comme tel, c’est cautionné l’injustice.
« T. Camara est âgé de plus de 70 ans et habite Senou depuis 40 ans. Le
lotissement a pris une partie de sa concession et sur le reste il a été maintenu. Il a
une notification en bonne et due forme. Un permis délivré, après, à un élève domicilié
à Magnambougou peut être maintenu dans un quartier où il n’a jamais habité de
surcroit sur une concession d’autrui », plaide Me Traoré.
Tribun hors pair, aux dires de Me Traoré, son client est dans la rue avec sa famille,
qui aujourd’hui a besoin du soutien de la justice. « Nous sommes dans un cas de
spéculation très forte. Il faut revoir les termes de ce rapport », poursuit-il.
«Le rapport est très clair. On ne peut pas se prévaloir d’une notification pour un
terrain de la collectivité territoriale. Adoptez ce rapport qui respecte la loi », réplique
Me Aliou Abdoulaye Touré.
Après avoir écouté les conseils, le parquet a recommandé à la Cour de dire la loi. Le
délibéré était prévu pour le 27 Octobre 2022, avant d’être reporté, à cause
probablement de la tenue de l’Assemblée générale de SAM et SYLIMA, le même
jour.
A suivre.
Source : Le Nouveau Courrier