Sanctions contre la Guinée: solidarité putschistes !

Les autorités maliennes ont indiqué se dissocier des sanctions infligées au voisin guinéen, également gouverné par des militaires, par la Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao). Dans un communiqué publié et signé ce mercredi 28 septembre, par le PM-I, les autorités de la transition Malienne affirment leur soutien à la République Guinéenne, sanctionnée par la CEDEAO lors du sommet extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat à New York, le samedi 22 septembre. Outré par les sanctions illégales illégitimes et inhumaines qui impactent négativement la vie des populations guinéennes, le gouvernement de la transition apporte son soutien ferme à la Guinée.

Compte tenu de la solidarité et de la fraternité entre les deux pays, les autorités maliennes ont décidé de se désolidariser de toutes sanctions illégales, inhumaines et illégitimes prises à l’encontre de la République, selon le communiqué, sœur de Guinée et ne leur réservera aucune suite.
En plus de cela les autorités de la transition ont aussi décidé, d’adopter, si nécessaire, des mesures pour assister la République Guinéenne, afin d’annihiler les conséquences de ces sanctions inutiles contre le Peuple et les autorités de la Guinée.

Ainsi, le Gouvernement de la Transition exprime sa solidarité indéfectible et son ferme soutien au peuple frère et au Gouvernement de la République de Guinée dans leur engagement à jeter les bases d’une refondation de l’Etat guinéen à travers des réformes politiques et institutionnelles nécessaires à un retour apaisé, crédible et sécurisé à un ordre constitutionnel normal.

Par ailleurs, il souligne que l’objectif de la CEDEAO est d’améliorer les conditions de vie des populations et non d’adopter des sanctions contre-productives les affectant.

« En outre, il convient de noter que les transitions politiques ne résultent que de la mauvaise gouvernance », ajoute le communiqué.

En conséquence, les autorités de la Transition indiquent, que les autorités de transition méritent d’être accompagnées par la CEDEAO pour mener des réformes politiques et institutionnelles qui contribuent à renforcer la bonne gouvernance et la stabilité.

Toutefois, le gouvernement de transition reste ouvert, dans le respect mutuel et dans le cadre du panafricanisme, à toutes les initiatives sincères de solutions aux défis relatifs à la stabilité, à la paix et à la sécurité de notre sous-région.

Le Mali et la Guinée, membres de la Cédéao, sont suspendus de ses organes de décision pour sanctionner la prise du pouvoir par des militaires et leur maintien prolongé à la tête de ces pays.

Les militaires ont renversé les régimes civils en août 2020 au Mali et en septembre 2021 en Guinée.

Outre la suspension des organes de décision déjà en vigueur, un sommet de la Cédéao sans participation guinéenne ni malienne a décidé le 22 septembre de suspendre toute assistance et transaction financière des institutions financières de l’organisation avec la Guinée.

Un certain nombre de personnalités sont par ailleurs frappées de sanctions individuelles. Le gouvernement malien se dit «outré» par ces mesures contre la Guinée, dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux depuis mercredi soir

PAR AMINA SISSOKO

Source : Info-Matin