FANA: Des logements sociaux détournés

Rebondissement dans l’attribution des 100 logements sociaux offerts par l’ONG Al Farouk aux personnes vulnérables de Fana, dans la région de Dioïla. Plusieurs de ces logements ont pris d’autres destinations. Une enquête est ouverte.

 

En 2021, l’ONG Al Farouk, dont le siège est à Bamako, a fait don de 100 logements sociaux à la ville de Fana, dans la région de Dioila. Ces logements étaient destinés aux personnes vulnérables. Leur attribution n’a pas obéi aux critères d’attribution préétablis. Qui en ont bénéficié ? Est-ce réellement des personnes vulnérables ? Ces questions étaient sur les lèvres de la population au moment des faits à Fana.

Des présomptions de possibles détournements sur ces maisons sont parvenues au ministre délégué auprès du ministre de la Santé et du Développement social chargé de l’Action humanitaire, de la Solidarité, des Réfugiés et des Déplacés.

Le ministre délégué Oumarou Diarra, qui avait procédé en septembre 2021 à la remise symbolique de ces logements, a déclaré avoir saisi le Contentieux de l’Etat à des fins d’enquête, dans une correspondance en date du 3 novembre 2021.

La présidente de la commission d’attribution déchue

Aujourd’hui, à Fana, personne ne veut piper mot de cette question, eu égard aux menaces et autres intimidations proférées çà et là. D’autres personnes que nous avons contactées à Fana préfèrent ne pas se mêler de l’affaire qui, selon elles, se trouve entre les mains du Contentieux de l’Etat. Une source proche du dossier nous a appris que la présidente de la commission d’attribution de ces 100 logements sociaux a été déchue de son poste pour présomption de détournement de deniers publics. Son remplaçant, que nous avons également joint, n’a pas accepté non plus de se prêter à nos questions. Selon lui, il préfère ne pas en parler à partir du moment où la justice en a été saisie.

Aux dires de certaines populations qui ont accepté de délier la langue, les personnes vulnérables concernées dans la ville de Fana ont été tout simplement spoliées. La plupart de ces maisons ont été attribuées à des plus nanties.

Pour élucider l’opinion nationale, le ministre délégué auprès du ministre de la Santé et du Développement Social chargé de l’Action humanitaire, de la Solidarité, des Réfugiés et des Déplacés Oumarou Diarra a, dans une correspondance adressée au directeur général du Contentieux de l’Etat, sollicité l’ouverture d’une enquête « afin d’établir les faits et situer les responsabilités ».

Selon le ministre Diarra, « après la remise des dons, le ministère a reçu plus tard, des informations selon lesquelles, plusieurs personnes ayant bénéficié des dons de logement en question ne sont pas dans la catégorie des personnes pour lesquelles ces logements sociaux sont destinés ».

Wait and see !

A.Kamara

SourceMali Tribune