Militarisation de la police : Une recommandation des assises nationales de refondation

Ce mercredi, c’est sur le rapport du ministre de la Sécurité et de la Protection civile que le Conseil des Ministres a adopté un projet de loi portant militarisation de la Police nationale et de la Protection civile. Une décision qui va en droite ligne d’applications des recommandations des assises nationales de refondation tenues le 27, 28, 29 et 30 décembre 2021 et répond aux besoins liées à la situation sécuritaire et défis multiples auxquels les forces de défense et de sécurité font face.

Tout d’abord, il faut noter comme le rapporte le document contenant les résolutions des ANR, il a été souverainement recommandé lors des Assises nationales de la Refondation de militariser la Police nationale. Donc, ce projet de loi adopté, consacre la militarisation de la Police nationale et de la Protection civile.

Accueillie par bon nombre de Maliens qui s’en réjouissent, la décision permettra aux autorités du Mali de plancher sur la sécurisation du territoire. Il s’agit de créer un cadre et un plan stratégique de sécurisation, par le déploiement des agents de la Police nationale dans les zones reconquises par l’Armée, afin d’y assurer la sécurité des populations et de leurs biens et empêcher le retour des forces du mal.

Concernée également, les agents de la protection civile couvriront l’arrière des forces engagées au combat en vue de préserver les acquis et de sécuriser l’administration et les populations.

Pas fortuite, cette mission hautement salutaire régalienne, permettra aux fonctionnaires des deux corps de bénéficier des avantages qu’ont les militaires déjà sur le champ.

‘’La militarisation de la Police nationale et de la Protection civile concourt à la réalisation des objectifs de la refondation de l’Etat’’, peut-on lire dans le communiqué.

En amont, c’est dans les recommandations des assises nationales de refondation que la décision de militariser la police trouve son fondement. Notamment sur les questions liées à la défense et la sécurité au point 8 (voir le rapport des ANR-2021).

Au demeurant, la militarisation de la police assure une indépendance d’opération que les autorités de la transition semble vouloir réussir avec des forces nationales chargées de patrouiller et de rassurer les populations sur la volonté du gouvernement de venir à bout de l’insécurité.

Mamadou Sissoko