Recrudescence des délestages: Un vaste réseau interne de trafic de carburant en cause

Que n’a-t-on pas dit sur la société Energie du Mali ? Toutes les promesses faîtes par ses responsables au plus haut niveau d’en finir avec les coupures intempestives et massives du courant électrique n’ont pas hélas été totalement tenues. Le chien aboie la caravane passe. Quelles sont les raisons profondes de cette situation qui nécessite l’interpellation des plus hautes autorités ?

Le calvaire des abonnés va-t-il prendre fin un jour lorsqu’on sait que plusieurs cadres de la société sont frappés d’incompétence, de négligence, d’amateurisme, du manque de professionnalisme, d’insouciance ? La liste n’est pas exhaustive.

Nos sources généralement bien informées ont rapporté que la Société Energie du Mali a certes des difficultés, mais qu’elle a largement les moyens de les surmonter avec une dose de bonne volonté et de responsabilité.

Si le Ministre Seydou Lamine Traoré en charge du département de l’Energie et des Mines n’avait pas existé, il aurait fallu le créer. Dès son arrivée à ce poste hautement sensible, il s’est armé du courage et de la ténacité qu’on lui reconnaît pour monter au créneau aux fins de rassurer les maliens sur les efforts titanesques en cours de déploiement par le département pour circonscrire le mal ou le diminuer de façon sensible.
Aujourd’hui, il y a une sensation de retour à la normale qui se confirme à la satisfaction générale des consommateurs même si on continue à déplorer certains désagréments liés aux délestages sauvages. Le Département de l’Energie serait –il devenu ingérable à cause des énormes difficultés internes et externes qui entraîneraient de gigantesques perturbations dans la fourniture du courant électrique ?
A la télévision comme à la radio en passant par des conférences de presse, le Ministre Traoré a, dans un show explicatif, reconnu la vétusté criarde du matériel, le manque acéré de ressources financières qui seraient les vraies raisons de cette incapacité d’EDM-SA à en finir avec les coupures excessives du courant.
Oui, a-t-il fait remarquer à ses compatriotes, les facteurs endogènes et exogènes essayent de saper les efforts du Mali dans le règlement définitif du problème d’électricité. Il a, dans un franc parler dont lui seul a le secret, convaincu les maliens de l’engagement sans faille des travailleurs de l’Energie d’une part et du département tout entier d’autre part du bienfondé du travail colossal entrepris par les plus hautes autorités aux fins de sortir définitivement de cette galère énergétique. Aujourd’hui on constate avec joie qu’il y a une certaine amélioration dans la fourniture de l’électricité. Les délestages qui ont pendant des années pourri la vie des consommateurs sont entrain de diminuer considérablement. L’implication personnelle du Ministre Seydou Lamine Traoré a été déterminante dans l’enchaînement des résultats obtenus, c’est-à-dire le recul progressif des délestages dévastateurs.
Les délestages continuent certes, mais avec la détermination du Ministre, son savoir-faire, son sens élevé des responsabilités et sa grande capacité d’anticipation, les choses vont considérablement changer. Les efforts titanesques abattus par le Ministre pour une sortie définitive de la crise énergétique qui n’a que trop duré, seraient sabotés par les travailleurs mêmes d’EDM qui se seraient abonnés à un trafic exacerbé de carburant très lucratif. Des informations glanées çà et là font état du détournement des milliers de litres de carburant au profit des cadres véreux et de leurs complices tapis à tous les rouages, de la source à Balingué.
Ce gaz oïl ainsi chapardé à outrance sert à alimenter les groupes électrogènes très déterminants dans la fourniture d’électricité. Depuis quand ce phénomène existe au sein de EDM-SA? Aux dires de pas mal d’observateurs de la crise énergétique du Mali, si le réseau interne qui excelle dans les détournements massifs de carburant était démantelé, les délestages deviendraient un souvenir. Les groupes électrogènes seraient approvisionnés à hauteur de souhait.
Il est temps d’ouvrir une enquête pour situer les responsabilités dans ces vols excessifs de fuel qui empêchent Balingué et ses installations de tourner à fond. Ceux qui en sont responsables à tous les niveaux doivent être sanctionnés avec la dernière rigueur. Trop c’est trop…Nous y reviendrons.

Prosper Ky
Source: L’Observatoire