La France à la recherche d’une stratégie en Afrique

Après la fin de l’opération Barkhane, la stratégie française au Sahel ne semble pas encore définie, le président Macron s’étant donné six mois supplémentaires pour préciser les orientations futures. L’ex-puissance coloniale fait face à une opinion publique de plus en plus hostile à sa présence, ainsi qu’à une compétition rude avec la Russie et la Chine, qui s’implantent dans la région. 

 

Le président français Emmanuel Macron s’est donné mercredi six mois supplémentaires pour définir une stratégie en Afrique, un délai qui témoigne des difficultés de l’ex-puissance coloniale à y conserver une influence face à une opinion de plus en plus hostile.

Le chef de l’État a confirmé la fin officielle de l’opération antijihadiste Barkhane, admettant que la suite restait à définir.

” Nous lancerons dans les prochains jours une phase d’échanges avec nos partenaires africains, nos alliés et les organisations régionales pour faire évoluer ensemble le statut, le format et les missions des actuelles bases militaires françaises au Sahel et en Afrique de l’Ouest “, a-t-il déclaré. Une stratégie ” finalisée d’ici à 6 mois “.

L’armée française a achevé en août son départ du Mali après neuf ans de présence. Un épilogue difficile, imposé par la junte au pouvoir qui travaille désormais – même si elle s’en défend – avec le sulfureux groupe paramilitaire russe Wagner.

Dès l’annonce de son départ, en février, Paris avait déjà indiqué lancer des consultations. ” Les choses vont se préciser à partir du mois de juin et les protocoles seront affinés “, avait assuré la ministre des Armées d’alors, Florence Parly. Depuis, le président s’est rendu notamment au Cameroun, au Bénin et en Guinée-Bissau.

Mercredi, le ministère des Armées a confirmé des ” échanges nourris avec les autorités locales “, en évoquant des partenariats portant sur la formation, le renseignement et le ” capacitaire “, autrement dit les équipements.

Fermer une parenthèse de dix ans 

Mais les analystes consultés par l’AFP questionnent les intentions de Paris. ” Depuis la rupture consommée avec le Mali, on insiste sur le fait que Barkhane, ce n’est pas terminé. Puis maintenant que c’est terminé “, constate Denis Tull, spécialiste du Sahel à l’Institut allemand pour les relations internationales et la sécurité (SWP).

” L’objectif politique est clair, il faut se rendre moins visible, fermer cette parenthèse trop longue de dix ans qui pèse sur tous les discours sur la France dans la région. Ne pas être en mesure aujourd’hui de prendre des décisions peut sembler surprenant ” et suggère que des accords tardent à aboutir, assure-t-il.

Paris revendique vouloir continuer à lutter contre les groupes jihadistes liés à Al-Qaïda ou au groupe État islamique, qui étendent leurs activités vers les pays du golfe de Guinée. Son dispositif militaire reste dans l’immédiat inchangé, avec environ 3.000 militaires au Niger, au Tchad et au Burkina Faso, après avoir compté jusqu’à 5.500 hommes au plus fort de son déploiement.

” Notre soutien militaire aux pays africains de la région se poursuivra, mais selon les nouveaux principes que nous avons définis avec eux “, a précisé M. Macron.

” Avec quels Africains ? Quelle est la légitimité des alliés de la France ? “, s’interroge pourtant Lemine Ould Salem, auteur et documentariste mauritanien spécialiste du jihadisme, insistant sur la grande fragilité des régimes de la région.

Le Burkina vient de connaître deux coups d’État en neuf mois, comme le Mali en 2020 puis 2021. La Guinée a changé de régime en 2021 à la suite d’un putsch. Quant au président tchadien Idriss Déby Itno tué en 2020 par des rebelles, il a été remplacé par son fils au mépris des règles constitutionnelles.

De fait, le projet français se heurte à une opinion africaine de plus en plus hostile, au sein de laquelle l’influence de puissances rivales, Moscou en tête, se renforce via réseaux sociaux et médias officiels.

Une politique étrangère à reconstruire dans la région

L’idée désormais est de continuer à agir, mais en discrétion. Aucun nouveau nom n’a été donné aux troupes dorénavant déployées.

” Ils ne savent pas sur quel pied danser “, tranche Djallil Lounnas, chercheur à l’université marocaine Al Akhawayn. S’il estime que la France ” ne peut pas lâcher le Sahel “, elle travaille avec des pays qui s’effondrent et d’autres qui lui sont hostiles.

” On ne peut pas arrêter le train des activistes sur les réseaux sociaux. On ne va pas effacer dix ans d’intervention “, vue par une partie des opinions comme ” du militarisme “, abonde M. Tull.

Mardi, l’Élysée relevait que ” dans le champ des perceptions, Barkhane continue d’occuper une présence très importante “. Mais pour le chercheur allemand, ” c’est le résultat du discours français lui-même. La bataille des opinions a été perdue il y a des années “.

Et il sera compliqué pour les gouvernements africains de demander l’aide de Paris comme le fait le président nigérien Mohamed Bazoum. ” Assumer pleinement la coopération avec la France, cela a un coût politique potentiel non négligeable “, relève M. Tull.

Lemine Ould Salem regrette de son côté que les autorités françaises n’aient ” pas pris la mesure de ce qui se passe. Barkhane, c’est fini. La situation est très instable, la France doit être au Sahel, mais pour quoi faire ? “.

Source : Ici Beyrouth Avec AFP