Conférence annuelle du groupe régional africain de l’union internationale des magistrats, IAJ-UIM

Sous la haute présidence de Mahamadou Kassogue, Ministre de la justice

 

C’est aux micros des journalistes venus au lancement des activités préparatoires de la Conférence Annuelle des Magistrats que le ministre de la justice a lancé cette courte phrase, mais très significative à savoir qu’il s’agit d’un défi qui engage l’ensemble de notre pays.

La conférence de presse du lancement des activités préparatoires de la Conférence Annuelle du Groupe Régional Africain de l’Union Internationale des Magistrats (IAJ-UIM »qui sera organisée par le Syndicat Autonome de la Magistrature (SAM) du 04 au 11 février 2023, à Bamako, s’est tenue, le mardi 08 novembre au siège du Syndicat Autonome de la Magistrature (SAM).

Le Mali à travers le Syndicat Autonome de la Magistrature (SAM) organise du 04 au 11 février l’édition 2023 de la conférence annuelle du groupe africain de l’Union Internationale des Magistrats (IAJ-IUM). Placé sous la présidence du président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta, l’évènement réunira les magistrats venus d’Afrique et du reste du monde.

L’Union internationale des magistrats (U.I.M) est une organisation internationale professionnelle apolitique qui regroupe, non pas des individus, mais des associations nationales des magistrats dont l’admission est décidée annuellement par son conseil central. Elle est fondée en 1953 à Salzbourg (Autriche) et comprend aujourd’hui 93 Associations (Syndicats) ou groupements représentatifs nationaux sur les 5 continents.

Ladite conférence placée sous le thème : « la protection des droits de l’homme en période de crise », l’objectif recherché est de renouveler l’engagement et l’attachement du Mali aux principes des valeurs universels tant sur le plan national qu’international, a rappelé le président du SAM.

Cet évènement est, avant tout, un challenge qui met en première ligne les magistrats, au-delà de toute appartenance syndicale et de toute fonction exercée au sein ou en dehors de la Justice, a renchérit le ministre de la Justice et Droit de l’Homme, Garde des Sceaux.

Mamoudou Kassogué a indiqué que le Mali doit tout mettre en œuvre pour relever le défi d’une organisation réussie, tant sur le plan matériel et logistique que sur le plan scientifique. Cela à travers des conférences sur des thématiques ayant trait, notamment, au dispositif de lutte contre le terrorisme, au trafic de migrants et la traite des personnes, à la coopération judiciaire en matière de lutte contre la criminalité transnationale organisée en Afrique et à la cybercriminalité.

Le Mali, membre depuis 1998 à travers le SAM

Dans le but de réussir le pari de l’organisation, le département de la justice et des Droits de l’Homme a pris toute la mesure de ce grand événement que « nous devons organiser dans les meilleures conditions possibles pour l’honneur de notre pays qui est membre de cette organisation depuis 1998, à travers le Syndicat Autonome de la Magistrature », a affirmé le ministre Kassogué.

Compte tenu de l’importance de l’évènement, de l’immensité du budget prévisionnel et des enjeux qu’il représente pour la magistrature et pour notre pays, le Garde des Sceaux sollicite une contribution aussi modeste soit-elle auprès de tous les magistrats. Pour montrer l’exemple, il a personnellement mis à la disposition de la Commission d’organisation la somme d’un million de FCFA en guise de contribution au budget pour l’organisation de cette importante conférence dans notre pays. Et a déclaré ouvert les travaux de la 26eme conférence annuelle.

Assitan DIAKITE

Source : L’Alternance