Réouverture d’écoles au Mali : les conditions d’un juge islamique

Un ancien juge islamique d’Al Qaïda a exigé la séparation des garçons et des filles dans les salles de classe dans le nord du Mali.

Dans une lettre adressée au gouverneur de la région de Tombouctou, fin octobre, Houka Houka Ag Alhousseini, ancien juge islamique d’Al Qaïda au moment de l’occupation des régions du Nord en 2012 et autorité morale religieuse de la région,  demande également que les élèves portent des tenues correctes lorsqu’ils vont à l’école conformément aux lois islamiques.

Lui-même enseignant, Houka Houka Ag Alhousseini exige également que l’enseignant soit du même sexe que les élèves. Autre demande pour la réouverture des salles de classes: l’introduction de l’arabe et l’apprentissage du coran à l’école.

Anti islamique

Selon l’imam et islamologue Al Hassane Bah, ces mesures ne sont pas conformes aux principes de l’islam.

Ecoutez le sujet de Mahamadou Kane, le correspondant à Bamako

“Je trouve qu’un musulman a le devoir d’aimer sa religion qu’est l’islam. Il a également le devoir d’appeler les autres vers l’islam, dit à la DW Al Hassane Bah. Mais cette même religion nous interdit d’aller vers ce qu’on appelle Al Iqra, c’est-à-dire obliger les non musulmans à embrasser l’islam et à avoir la foi. La foi est un sentiment qu’on doit vivre dans notre for intérieur. Vouloir que les autres appliquent la charia par la force n’est pas du tout islamique et donc anti islamique. Nous exhortons à cet effet ce juge là à réétudier l’islam et à appliquer les recommandations de l’islam que sont le bon voisinage ou encore le respect de l’autre.”

Alpha Ousmane Diallo a lui enseigné à Tombouctou entre 2011 et 2020.


Des islamologues dénoncent des conditions du juge islamique contraires à l’islam

Pour celui-ci, les conditions posées par le juge islamique sont acceptables, surtout si elles permettent la réouverture des écoles.

“Le rôle du juge islamique c’est de participer au bon fonctionnement tant des écoles publiques que privées de la région de Tombouctou. Ce sont des mesures qui sont à encourager, croit savoir Alpha Ousmane Diallo. Cela pourrait favoriser la réouverture de beaucoup d’écoles, mais aussi le bon fonctionnement du système éducatif par rapport aux tenues vestimentaires et aux comportements des élèves. Cela pourrait même permettre aux parents d’être mieux édifiés et sensibilisés.”

Selon une estimation de l’Unicef d’octobre dernier, environ 1.766 écoles sont fermées au Mali privant ainsi 500.000 enfants d’éducation.

Actuellement juge islamique de Zouéra dans la région de Tombouctou, Houka Houka Ag Alhousseini avait été arrêté en 2013 par l’armée française avant d’être libéré par les autorités maliennes. Il est inscrit sur la liste des sanctions de l’Onu.

Source: dw